Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 11:00

L'idée de cet article me trottait dans la tête depuis un certain temps maintenant. Plus exactement depuis le 6 février dernier, lorsque nous avons reçu la réédition des deux premiers tomes de Skully Fourbery de David Landy chez Gallimard Jeunesse. Je me suis alors retrouvée submergée par une vague de bons souvenirs et me suis empressée de les partager avec mes collègues et certains d'entre vous. En même temps c'est normal, cette série était rudement chouette !

Alors que nous avons du temps à ne plus trop savoir qu'en faire depuis plusieurs jours, je me suis dit que c'était le moment ou jamais pour revenir avec vous sur certaines de mes lectures d'enfance. Des lectures qui m'ont particulièrement marquée et que je prend beaucoup de plaisir à vous conseiller au quotidien.

Ces lectures je les ai chéries, j'entretiens leur souvenir. Et puis il y en certaines que j'avais oubliées et que j'ai retrouvées avec le plus grand plaisir, telles une madeleine de Proust.

Voici donc une petite sélection de mes meilleurs souvenirs de lecture. Des titres pour lesquels j'ai une affection toute particulière. Des titres avec lesquels je partage une histoire que je suis heureuse d'échanger avec vous aujourd'hui.

 

 

Tremolo de Tomi Ungerer. École des Loisirs, 1998 - 5€

 

 

Comme beaucoup d'enfants j'ai été abonnée à l'École des Max. Vous savez, cet abonnement proposé par l'École des Loisirs permettant un accès à la culture et au livre simplifié pour les familles et les enfants ?

 

 

Mon premier coup de cœur de jeunesse vient de là et il s'agit du magnifique (et effrayant) Tremolo. Je reconnais avoir hésité avec Le Roi est occupé (Mario Ramos) et Le Doudou méchant (Claude Ponti), mais malgré mon affection pour eux, ils n'ont pas été aussi importants que l'album de Tomi Ungerer.

Le jeune Tremolo, bien que sans le sou, est un musicien de talent. Malheureusement pour lui, sa voisine, une vilaine voyante, préférerait rester au calme. Au lieu de ça, elle se sent envahie par ce bruit incessant que produit Tremolo avec ses instruments. Elle décide donc de le chasser et de le maudire afin qu'à son tour il se retrouve envahi. Dès lors que le sort est jeté, chacune des notes jouées par Tremolo devient physiquement réelle, noyant bien vite le musicien dans un océan de croches, de noires et de soupirs.

Tremolo se croit perdu et condamné à fuir sa propre musique jusqu'au jour où il croque l'une de ses notes et découvre qu'en plus d'être comestibles, elles sont délicieuses.

Le musicien perçoit là une occasion unique. Il peut tourner la malédiction à son avantage en partageant sa musique et en vivant grâce à elle. Commence alors une aventure pour le moins rocambolesque et à la fin inattendue.

 

 

Je devais avoir six ou sept ans lorsque j'ai reçu cet album. Et il m'a marqué de bien des façons. La première étant l'horrible ventre/troisième œil de la voyante. Je l'avais trouvé terrorisant (c'est toujours le cas) et il m'avait valu plusieurs nuits de cauchemars.

Je pense également que l'amour qu'a le personnage de Tremolo pour sa musique a participé au fait que j'en suis moi-même devenue une grande amoureuse. Dans cet album, la musique est le refuge du personnage, une amie qui, peu importe la situation, ne l'abandonne jamais vraiment. Un message qui m'a particulièrement touché. Quelques années plus tard je commençais à apprendre le cor d'harmonie (regardez à nouveau la couverture, vous comprendrez)...

 

 

Le Passeur de Lois Lowry. École des Loisirs, 1993 - 9,80€

 

 

Le roman dont je vais vous parler maintenant, c'est ma madeleine de Proust. Reçu à un Noël, la couverture de ce livre m'avait totalement rebutée, je l'ai quand même lu et j'ai bien fait (c'est quelque chose qui arrive souvent, regardez ici). Je devais avoir onze ou douze ans et j'ai incontestablement passé un de mes meilleurs moment de lecture. Avec les personnages de Lois Lowry j'ai appris le sens de l'amitié et l'importance de la révolte ; l'importance d'être soi et d'exprimer ses opinions.

Et puis j'ai lu d'autres choses, j'ai grandi, mes goûts ont changé et j'ai oublié. Jusqu'au jour où l'adaptation cinématographique a été annoncée. Je me souviens avoir pleuré lorsque j'ai vu la bande-annonce et que mes souvenirs sont revenus ; je redécouvrais quelque chose que j'aimais profondément, relisais le livre, voyais le film (plusieurs fois...) et découvrais qu'une suite aux aventures de Jonas m'attendais. C'était absolument génial.

 

 

Dans le monde où vit Jonas tout est formaté. Les couleurs n'existent plus. La notion de famille n'existe plus. Les sentiments n'existent plus.  La volonté propre n'existe plus. Ainsi plus personne n'est différent, tous les êtres sont égaux.

L'année de leurs douze ans, les enfants de ce monde sont appelés et écopent chacun d'une tâche, d'un rôle bien particulier qu'ils tiendront toutes leurs vies dans la société. Ce jour là, Jonas est choisi pour devenir le nouveau Passeur. Il va devoir apprendre afin de devenir le seul et dernier réceptacle des souvenirs et de la Mémoire de l'Humanité telle qu'elle était autrefois. Il sera amené un jour à devenir un conseiller capable d'aider et de guider son peuple sur la meilleure voie possible ; tout en gardant ses secrets bien entendu.

Lors de sa formation, Jonas va découvrir ce qu'est vraiment la vie. Ainsi, il va découvrir l'amour et le bonheur, la guerre et la souffrance mais aussi la culture. Cette ouverture, cette plongée dans le passé, va profondément changer notre héros qui va alors remettre en cause tout l'univers dans lequel il vit et qui l'a façonné.

 

 

Grand roman de formation, le Passeur est aussi le premier tome d'une des premières et plus grandes sagas dystopiques pour adolescents. Aujourd'hui devenu incontournable, l'univers compte un grand nombre de fans à travers le monde entier (oui, j'en suis).  Également reconnu comme un des meilleurs romans de science-fiction pour la jeunesse, il est souvent prescrit par les écoles et encore plus souvent conseillé par de nombreux libraires ; l'équipe de l'Émile en premier d'ailleurs !

 

 

L'Apprenti Assassin (L'Assassin royal, 1) de Robin Hobb. Éditions J'ai Lu, 1992 - 8,50€

 

[Bon. Après présentation de celui-ci vous devriez avoir compris à quel point la couverture est importante dans le choix d'un livre...]

 

C'était l'été entre le collège et le lycée, alors adolescente, je me fournissais en livres dans la même bibliothèque depuis déjà plusieurs années. Choisissant mes lectures par rayon puis à la couverture, j'étais dans ma grande période fan de fantasy et d'imaginaire. Tout y était passé : Eragon, Harry Potter, Ewilan, Ellana, Tara Duncan (oui oui) ou encore Peggy Sue. Le rayon de la bibliothèque en question n'étant pas bien grand, il ne me restait plus qu'une solution pour être sûre de ne pas passer le mois d'août le plus ennuyeux de toute ma vie : emprunter les six premiers tomes de cette série aux couvertures horribles que j'évitais déjà depuis plusieurs mois. J'ai nommé la génialissime saga de Robin Hobb : L'Assassin royal.

C'est cet été là que mon amour pour les histoires s'est confirmé et que mon envie, ma vocation de libraire a pointé le bout de son nez.

Notre histoire commence aux pieds d'un château, lors d'une nuit de tempête, quand un vieil homme abandonne son petit fils au soin de son père, futur souverain du royaume. Ce petit garçon, c'est FitzChevalerie, fils illégitime du prince héritier et d'une simple paysanne.

 

 

L'Assassin royal retrace l'histoire de Fitz à partir du moment où le roi, son grand-père, s'assure de faire de lui son allié plutôt que son ennemi. Il devient alors son espion et assassin personnel. A travers chacun des tomes de cette gigantesque saga, le lecteur voit le héros grandir et tenter de se trouver une place au sein d'une cour et d'un monde qui ne veut pas de lui.

Car être un bâtard n'est pas le seul soucis de Fitz, il est également doué de magies. Il maîtrise le Vif, magie considérée comme impure, sauvage et primitive, qui lui permet de communiquer et de créer un lien mental avec les animaux. Mais il possède également l'Art, une forme de magie bien plus noble dont seul les membres de la famille royale sont doués. A l'opposé du Vif, l'Art permet d'établir un lien télépathique entre plusieurs esprits humains.

Perdu entre ses deux dons et entre ceux qui lui veulent du mal et d'autres qui ne lui veulent que du bien, Fitz sera témoin et acteur de nombreux événements qui bouleverseront son histoire et l'histoire de son royaume.

 

 

Avec cette saga en treize tomes, Robin Hobb, génie de la fantasy moderne, pose les bases d'un univers étendu absolument incroyable et fascinant dans lequel on prend plaisir à plonger pour ne plus en ressortir.

 

La preuve en image :

 

 

 

Voilà, je pense avoir réussi à vous rendre compte de mon enthousiasme et de mon amour à propos de ces quelques titres (je me suis retenue, j'avais envie d'en mettre plein d'autres...)

En ces temps de confinement, il me semblait important que nous gardions le contact. Et comme je n'ai plus trop accès aux étagères de la librairie et aux nouveautés, c'était le moment ou jamais de vous parler de ces petits trésors personnels !

N'hésitez pas à nous partager les vôtres, que ce soit en commentaires, par mail, sur nos réseaux ou même à la librairie directement ; on adore ça ! :)

 

 

 

Sur ce, je vous laisse, je retourne me plonger dans Skully Fourbery (dix ans plus tard, c'est toujours aussi bien) !

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Claudine Bergeron 28/03/2020 14:44

Excellente idée, Justine : une idée qui devrait mettre l'eau à la bouche de certaines et de certains et rappeler à d'autres le temps où ils lisaient. Une idée qui doit être suivie d'autres... Tu as de quoi nous en apprendre beaucoup, du haut de ton grand âge et de ton expérience de libraire sur les enfants vus de la lorgnette exigeante et indulgente de leur "jeune libraire" préférée. Bisous....

L'emile

  • : Le blog de la Librairie L'Emile
  • Le blog de la Librairie L'Emile
  • : Toute l'actualité de l'Emile, la librairie de la jeunesse et des écoles, à Paris ! Actualité en littérature jeunesse Nouvelles collections en papeterie 01.45.75.16.15
  • Contact

Actualités

La librairie ouvre :

- de 8h à 19h du lundi au vendredi

- de 10h à 19h le samedi

Droit d'auteur

Les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des maisons d'édition et toute reproduction ou utilisation non autorisée est passible de poursuites pénales.