Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 12:30

Dans le paysage de la littérature jeunesse flamande, Mélanie Rutten devient peu à peu incontournable. Son dernier album Les Sauvages aux éditions MeMo confirme un talent indéniable pour l'écriture et pour l'illustration.

 

Par une nuit bien sombre, deux enfants sortent en silence de chez eux. Ils traversent l'étang et vont se réfugier sur l'île abandonnée, sans peur. Ils savent que la forêt les protège. Cette nuit, c'est leur nuit ! Après avoir joué, dansé et ri, ils décident de se réfugier dans le tronc de l'arbre creux. Car de l'autre côté, il y a la clairière et leurs amis. C'est une bande de sauvages : il y a celui qui rêve, celui qui dort et mange, celui qui pense aux autres et le petit, celui qui grandit. Et cette nuit, tout est possible. Jusqu'au moment où l'autre sauvage, celui qui fait peur, s'immisce dans leur aventure.

 

À l'autre bout de l'arbre, les ombres entrèrent dans une clairière tapissée de mousse. Il frotta une allumette, elle tendit une bougie. Ils étaient tous là. Il y avait celui qui pensait toujours aux autres et celui qui veillait à dormir et à manger. Il y avait celui qui rêvait et celui qui s'occupait de grandir.

 

 

 


Cette nuit de tous les possibles, c'est tout simplement l'histoire de deux enfants qui parviennent à s'émerveiller d'un petit rien, à inventer une folle aventure à partir de la nature. On pénètre dans une forêt très sombre, un univers graphique aux couleurs foncées et, petit à petit, on découvre la lumière avec des touches de jaune, de rose ou de bleu. Cette quête initiatique, cette ballade onirique est agréablement servie par un texte très poétique et des illustrations très douces. Comme une promesse, cet album nous rappelle simplement que tout est toujours possible. À partir de 5 ans.

 

Les Sauvages de Mélanie Rutten

Éditions MeMo, 2015

14,50€

Partager cet article

Repost0
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 12:30

L'Auberge espagnole version lycéens ! C'est le nouveau sujet sur lequel a décidé de se pencher Jean-Philippe Blondel, après son roman sur les blogs ou celui sur les images intérieure et extérieure des ados. 

Qui n'a pas rêvé, ado ou jeune étudiant, de faire une colocation avec son ou ses amis ? Les parents de Romain viennent tout juste d'hériter d'un grand appartement en plein centre-ville, à quelques minutes à pied du lycée. Bien décidé à sauter sur l'occasion, notamment pour en finir avec les longs trajets en bus et surtout avec la vie de famille, il réussit à convaincre ses parents. Commence alors la recherche de colocataires. Le choix se porte sur Rémi, le stéréotype du geek (peu causant, bizarre et mal habillé) et Maxime, tout son contraire (le garçon populaire qui séduit toutes les filles). Une année pleine de changements s'ouvre pour Romain, entre joie, émancipation et contraintes de la vie en communauté ! 

"Bon, la première chose que nous avons faite, quand nos parents ont tourné les talons, c'est de hurler – de joie, de soulagement. Nous étions tous les trois tendus – nous n'étions pas sûrs qu'ils iraent jusqu'au bout, nous étions convaincus qu'à un moment ou à un autre, ils allaient dire non, ce n'est pas possible, retourne à l'internat, reprends le bus, c'est une idée stupide, la colocation, à seize ans."

Une très bonne surprise ! Tout d'abord un peu intriguée par le thème, je me suis plongée avec délice dans ce récit très juste sur les relations entre adolescents (et plus particulièrement entre garçons, ce qui n'est pas assez présent dans la littérature adolescente). Une écriture agréable, une histoire avec des personnages très attachants, un gros coup de cœur à faire découvrir aux jeunes à partir de 14 ans. 

 

La coloc de Jean-Philippe Blondel
Actes Sud Junior, 2015
12,50€

Partager cet article

Repost0
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 13:04

Depuis un an maintenant, les éditions Magnard relancent leur pôle jeunesse et proposent plus de romans pour les apprentis lecteurs ! Et parmi la sélection de cette année, il y en a un qui me tient particulièrement à cœur : Un éléphant pour le thé de Linda Groeneveld.

 

La princesse se sent bien seule. Le roi n'a jamais le temps de jouer avec elle, les domestiques ne sont pas très fan de la dînette, les poupées ne parlent pas... Bref, la princesse a une idée : un chien ! Un petit chien qui pourrait jouer avec elle, là au moins elle ne s’ennuierait plus ! Malheureusement, son père tarde un peu trop à exaucer son souhait. Par ailleurs, débarque au château une invitée un peu spéciale : la Baronne. Cette dernière, bien décidée à s'installer et se marier avec le roi, va vite faire la vie dure à notre princesse, puisqu'elle l'estime mal élevée... Mais un beau matin une surprise de taille attend la petite princesse : un éléphant, un poil plus encombrant qu'un petit chien, mais plus original et attachant selon elle. Les voilà qui s'adoptent mutuellement ! Ils sont surtout bien décidés à faire tourner en bourrique la Baronne...


Qui n'a jamais rêvé d'un compagnon de jeu et de bêtises ? Notre petite princesse a bien de la chance et, même s'il faut avoir une grande maison pour pouvoir accueillir ce type d'animal, il faut très peu de place pour ce petit bijou. Plein d'humour et de tendresse, suivez la princesse dans ces aventures farfelues pour attirer l'attention de son père et éviter celle de la méchante Baronne. Une écriture agréable, un vocabulaire adapté aux petits lecteurs, des illustrations rigolotes et en même temps travaillées : un livre à mettre entre toutes les petites mains des enfants de 8 ans et plus !

 

Un éléphant pour le thé de Linda Groeneveld
Magnard jeunesse, 2015
12,90€

 

 

Partager cet article

Repost0
8 mai 2015 5 08 /05 /mai /2015 12:30

Séverine Gauthier a l'habitude de nous émerveiller avec des titres tout en douceur et poésie tels que Garance, Aristide broie du noir ou, plus récemment, Cœur de pierre. Cette année, elle nous offre deux bandes-dessinées magnifiques chez Delcourt Haïda, l'immortelle baleine et, surtout, mon gros coup de cœur, L'homme montagne. Dans celui-ci, elle s'associe avec une illustratrice de talent, Amélie Fléchais.

 

L'homme montagne est fatigué. Il porte sur son dos toutes les montagnes du monde et sur son front, tous les sentiers qu'il a foulés. Aujourd'hui, il est temps qu'il parte pour un dernier voyage. Mais son petit-fils est très inquiet car sans le vent, l'homme montagne ne pourra pas aller bien loin. Il décide donc de partir chercher le vent, chez lui, sur la plus haute des montagnes. Tout en faisant promettre à son grand-père de bien l'attendre avant de se mettre en route ! Commence pour lui une épopée difficile, une ascension ardue, qu'il est prêt à affronter par amour.

 

Émouvante quête initiatique, L'homme montagne est une bande-dessinée troublante et délicate. L'enfant va tour-à-tour comprendre l'importance des racines, le rôle des souvenirs dans le deuil et, surtout, il va se confronter aux promesses impossibles à tenir. Les illustrations, d'une sensibilité rare, renforcent l'émotion puissante qui se dégage de cette histoire. Notre petit héros incarne à lui seul candeur, détresse et espérance face à cette fin inéluctable et pourtant amenée avec sérénité. Une perle sur le deuil, mais aussi la transmission. Dès 10 ans.

 

 

L'homme montagne de Gauthier et Fléchais
Delcourt, 2015
10,95€

Partager cet article

Repost0
5 mai 2015 2 05 /05 /mai /2015 12:30

Très célèbre pour ses affiches publicitaires fortement inspirées de l'art de l'Allemagne de l'Est, Atak s'impose également comme figure phare de l'album jeunesse. Son adaptation de Der Struwwelpeter (Pierre Crignasse aux éditions Fremok), premier recueil de comptines pour enfants sorti en 1858, reste encore aujourd'hui l'une des meilleures réécritures connues. Cette année, les éditions Thierry Magnier publient son nouvel album Dans un jardin.

 

 

"Un jardin domestiqué, c'est un jardin qu'on oublie."

Derek Jarman

 

Une fois bien imprégnés de cette maxime, nous pouvons commencer la promenade. Le jardin s'éveille doucement, et nous y pénétrons, en silence. On s'immerge peu à peu dans une ambiance calme et sereine, lovés dans un cocon de couleurs vives et de formes voluptueuses. Le texte, très concis et poétique, renforce ce sentiment de bien-être qui nous saisit dès la première page.

 

 

Suivez l'auteur dans cette balade à travers une faune et une flore merveilleuses, soulevez les volets et émerveillez-vous de découvrir Barbapapa ou Tintin dissimulés au milieu de ces couleurs resplendissantes. Hommage aux impressionnistes (on note d'ailleurs un clin d'œil au Déjeuner sur l'herbe de Manet), Dans un jardin est un livre-tableau, qui réjouira autant les petits que les grands, une expérience à faire dès 4 ans.

 

Dans un jardin d'Atak

Éditions Thierry Magnier, 2015

25,00€

Partager cet article

Repost0
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 12:30

 

À ce jour, Les deux Van Gogh est le seul manga de Hozumi paru en France et, ce n'est pas toujours le cas, il a scénarisé et dessiné seul. Il s'agit d'un one-shot relatant l'histoire du peintre et de son frère Théo, marchand d'art. Cette histoire mêle (beaucoup) la fiction et (un peu) la réalité.

 

 

Ici, Théo est un marchand d'art de génie, innovant et méprisé de l'Académie des Beaux-Arts de Paris pour ses méthodes pas toujours orthodoxes. Vincent, lui, est un peintre miséreux ne cherchant pas le moins du monde le succès. Toujours dans la lune, il aime la peinture et s'est consacré à cette activité sur les conseils de son frère dans leur enfance. Vincent ne cherche qu'à "immortaliser l'instant", aider quelqu'un dans le besoin ou rendre le sourire à une nouvelle rencontre. C'est là toute sa beauté et ce qui rend l'histoire plus émouvante à chaque page.

Théo ne cesse de répéter à Vincent que son talent est un don du ciel et qu'il doit en faire usage au mieux. En tant que marchand d'art reconnu, il est en son pouvoir de faire connaître Vincent mais le monde n'est pas prêt : à cette époque, aucun peintre n'était reconnu et accepté par le milieu s'il n'était pas au préalable validé par l'Académie.

Comment Théo peut-il faire pour montrer au monde le talent de son frère ? Comment rendre célèbre quelqu'un qui ne cherche pas le succès mais aspire à une vie sans encombres ? La solution se trouve au delà de toutes les hypothèses et rend l'histoire intrigante et fascinante encore bien après la lecture.

 

 

La peinture est bien sûr la chose la plus présente et la question de l'art pour tous, de peinture honorable ou trop banale se pose tout au long de l'histoire. Lorsque l'on voit Vincent peindre, c'est toujours beau, empli d'émotion. Là où Toulouse-Lautrec ou d'autres peintres peuvent se montrer méprisants, lui est toujours dans le positif et "ne connaît pas la colère". Un personnage fascinant à découvrir à travers cette histoire d'urgence ! Contrairement à d'autres biographies romancées, les incohérences avec la réalité ne sont pas dérangeantes dans Les deux Van Gogh car tellement poétiques. Ne m'est venu qu'une envie après avoir fini le livre : commencer une biographie (véridique) de Vincent Van Gogh. Dès 14 ans.

 

 

Les deux Van Gogh d'Hozumi
Glénat, 2015
10,75€

Partager cet article

Repost0
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 12:30

Éric Senabre a déjà publié une série, Sublutetia, chez Didier Jeunesse : une uchronie autour de Paris et ses profondeurs... Il nous revient cette fois-ci avec un one-shot plus historique autour des conflits entre Rome et Carthage, mais toujours une uchronie !

Bienvenue dans la demeure de Marcellus et Elyssa. Mariés depuis quelques années, vivant au cœur de Rome, lui travaille pour Caton, politicien de renom, elle gère la maison. Mais un beau jour, Marcellus se fait assassiner après avoir découvert un secret en lien avec Carthage. La cité marchande serait en train de préparer quelque chose contre Rome. Caton va alors envoyer Elyssa et son esclave Ganymède en espions au sein de la fameuse cité. Commence alors pour eux un grand voyage semé d'embuches, d'intrigues et de vengeance...

Une histoire qui démarre sur des chapeaux de roue, une écriture prenante, une intrigue originale et des personnages hauts en couleurs ! Embarquez avec Elyssa et Ganymède pour une aventure pleine de combats, d'amitié et comportant une uchronie pas si décalée que ça ! À faire lire à tous les passionnés d'Histoire... et les curieux ! À partir de 13 ans.

 

Elyssa de Carthage d'Éric Senabre
Didier Jeunesse, 2015
14,20€

Partager cet article

Repost0
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 12:30

Après avoir été nègre littéraire pour plus de 30 livres de célèbres auteurs français, Gabriel Katz s'est mis à son compte et c'est encore une fois très réussi. Les éditions Scrinéo nous proposent sa nouvelle série : Aeternia, dont le premier volume sorti en janvier dernier est un gros coup de cœur !

 

Leth Marek, champion d'arènes, annonce sa retraite à 40 ans, au sommet de sa gloire. C'est le moment pour lui de profiter de ses deux fils, qu'il connaît à peine. Il a fait le choix de les emmener à Kyrenia, la grande cité intellectuelle du monde, loin de la violence de son petit village natal. Mais la route s'annonce difficile quand, après avoir croisé un culte itinérant et une jeune femme qu'il sauve de la noyade, sa famille est massacrée. Commence alors pour lui une vie de chaos...
À Kyrenia, où le culte de la Grande Déesse est l'attraction principale de la ville, les grands prêtres et autres puissants du temple tirent les ficelles politiques et s'entredéchirent. Mais le nouveau culte itinérant va venir compliquer bien des choses et réveiller des instincts bien noirs.
La hache de Leth Marel va de nouveau tremper dans le sang...

 

"Le plus violent des combats est celui que l'on mène contre ses propres croyances."

 

Puissant. C'est la première impression qui s'est dégagée quand j'ai refermé ce roman. Une intrigue très bien menée, une écriture prenante, que dire de plus ? Ah si quand même, une thématique très bien exploitée, sur fond d'actualité, avec une pointe de magie, juste ce qu'il faut. Je dois quand même ajouter que les personnages, même si leur histoire n'est pas forcément très développée, sont passionnants à suivre. Il n'y a plus qu'à attendre le deuxième tome, prévu pour le 27 août 2015. À partir de 16 ans.

 

Aeternia ; Tome 1 La marche du prophète de Gabriel Katz
Éditions Scrineo, 2015
20€

Partager cet article

Repost0
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 12:30

Premier roman traduit en France d'Anna Carey, Cours ou meurs est un réel tour de force dans la littérature jeunesse. L'auteure parvient à appliquer la règle d'écriture de Michel Butor dans La Modification à un roman ado : la quasi-totalité du texte est écrite à la deuxième personne. Saisissant !

 

"Trois, deux, un. D'abord, tout n'est que vacarme, le grincement des roues sur les rails métalliques, la bourrasque qui déferle sur toi. Le souffle du métro ébouriffe tes cheveux. Tu fixes le châssis, enchevêtrement d'acier, de tubes et de câbles. L'odeur te brûle les poumons. Lorsque la rame s'immobilise enfin, il te faut quelques secondes pour t'en rendre compte : tu es toujours étendue là, quelques centimètres au-dessous du train. Tu es toujours en vie."

 

 

Présentation de l'éditeur :

 

Liste des choses que je sais :
Je suis à Los Angeles
Je me suis réveillée sur les voies du métro à la station Vermont-Sunset
Je suis une fille et j'ai de longs cheveux noirs
J'ai un oiseau et un code (FNV02198) tatoués sur le poignet droit
Je suis en fuite
Des gens essaient de me tuer

 

 

Difficile d'en dire plus sans trop en dévoiler... Il suffit juste d'ajouter un peu plus d'action, un piège, un allié craquant, une amie déjantée, des méchants très très méchants et le tour est joué ! Dès les premières lignes, nous sommes plongés avec Sunny sous le métro. Cette saisissante entrée dans le roman nous accroche directement et nous pousse à connaître le dénouement le plus rapidement possible. En parallèle de l'aspect "efficace" du roman, les personnages sont complexes et terriblement bien écrits. Le tome 2 se fait cruellement attendre ! Dès 13 ans.

 

Black Bird, Tome 1 Cours ou meurs d'Anna Carey
Bayard Jeunesse, 2015
15,90€

Partager cet article

Repost0
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 12:30

Depuis notre article sur quelques albums à l'humour décalé, les enfants se posent beaucoup de questions. Dans cet album, Magali Le Huche et Ilan Brenman nous offrent leur interprétation de LA question des petites filles : est-ce que les princesses font des prouts ?

 

C'est aujourd'hui la jolie Laura qui se pose la question. Parce qu'à la récré, Marcelo a raconté aux filles que Cendrillon était une péteuse mais personne ne l'a cru. Enfin... Laura n'est pas très sûre quand même. Elle demande donc à son papa ! Et heureusement, il possède un gros livre intitulé Le Livre secret des princesses avec un chapitre entier dédié aux problèmes gastro-intestinaux et aux flatulences. Ouf ! Laura va enfin connaître la vérité sur Blanche-Neige, Cendrillon et la petite sirène.

 

Avec un sens de la répartie absolument fantastique, le père de Laura réussit à désacraliser les princesses, pour sa fille comme pour le lecteur ! On se régale des trouvailles farfelues et Ilan Brenman nous offre une chute des plus hilarantes ! Magali Le Huche, quant à elle, s'est amusée à cacher un petit nain péteur dans chaque illustration, développant ainsi un cherche-et-trouve délicieux. L'humour décalé et "pipi-caca" a toujours fait rire les plus jeunes. Voici un album qui fera aussi rire les adultes ! Dès 4 ans.

 

Même les princesses pètent
Ilan Brenman (textes) et Magali Le Huche (illustrations)
P'tit Glénat, 2015
11,00€

Partager cet article

Repost0

L'emile

  • : Le blog de la Librairie L'Emile
  • Le blog de la Librairie L'Emile
  • : Toute l'actualité de l'Emile, la librairie de la jeunesse et des écoles, à Paris ! Actualité en littérature jeunesse Nouvelles collections en papeterie 01.45.75.16.15
  • Contact

Actualités

La librairie ouvre :

- de 8h à 19h du lundi au vendredi

- de 10h à 19h le samedi

Droit d'auteur

Les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des maisons d'édition et toute reproduction ou utilisation non autorisée est passible de poursuites pénales.