Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2018 2 02 /10 /octobre /2018 12:30

Cette année, pour la deuxième fois, sera décerné le prix Vendredi, prix national de littérature ado. Celui-ci présente une sélection, plus ou moins éclectique, dont l'objectif " est de mettre en valeur la richesse et la créativité de la littérature jeunesse française contemporain" (voir ici). 

Nous, libraires jeunesse, sommes donc fortement concernées par cette sélection et avons jeté notre dévolu sur la sélection ; en ressorte quelques pépites comme Rester Debout, de Fabrice Colin, Pâquerette, de Gaston Boyer ou encore Les Amours d'un Fantôme en temps de guerre, de Nicolas de Crécy. 

 

Ce dernier est mon plus grand coup de cœur de la sélection. On y découvre l'histoire d'un jeune fantôme dont les parents viennent mystérieusement de disparaître. Avec l'aide de son oncle, il va alors lui aussi disparaître et vivre caché en compagnie d'une autre fantôme, Lili. Tout cela se passe dans la deuxième moitié du vingtième siècle.

Notre jeune héros finit par prendre conscience des raisons de ces disparitions forcées, c'est la guerre au pays des Fantômes. Un parti politique, celui des Fantômes Acides, a choisi de contrôler tous les autres fantômes et ses membres tentent d'éliminer tout opposant à leurs idées, peu importe les méthodes. Fatigués de toujours rester cachés, notre fantôme et sa nouvelle amie décident de devenir actifs et de s'engager dans la Résistance. C'est ainsi qu'ils font une étrange découverte : tout ce qui se passe dans le monde des Fantômes fini irrémédiablement par se produire dans celui des humains... Ainsi, la violence fantôme engendre la violence humaine et inversement, créant un cercle vicieux et sans fin. 

 

 

A la lecture de ce roman, nous comprenons bien vite que l'aventure du petit fantôme n'est pas anodine. En effet, dans ce roman, Nicolas de Crécy raconte la Seconde Guerre Mondiale et apporte un nouveau regard sur les conflits qui se répètent encore et encore ; le tout dans un texte d'une grande poésie et des illustrations splendides. 

Les Amours d'un Fantôme en temps de guerre est une magnifique fresque, un morceau de vie et d'espoir au milieu de la réalité. A savourer, dès 14 ans.

 

Les Amours d'un Fantôme en temps de guerre, de Nicolas de Crécy

Albin Michel Jeunesse, 2018

23.90€

 

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2018 2 25 /09 /septembre /2018 12:30

Il y a trois ans maintenant, je découvrais Jean-Philippe Blondel et sa vision de l'adolescence avec le superbe roman La coloc, dont vous pouvez retrouver la chronique ici. Le voici de retour avec pour la rentrée littéraire un roman puissant sur la danse.

 

 

 

Trois adolescents font partie d'un même groupe, celui de l'option danse au lycée. Il y a d'abord Anaïs, ancienne gymnaste reconvertie, très perfectionniste mais qui a du mal à se laisser porter par la musique et révéler ses émotions. Vient ensuite Adrien pour qui la danse est une échappatoire, une façon de s'exprimer sans violence et sans mots. Enfin, Sanjeewa, jeune sri-lankais pour qui la danse est un art qui fais partie de son quotidien, voir même de sa religion.

Si la danse les réunis et les attire, elle peut aussi  créer des incompréhensions, des tensions qui sont parfois inexplicables. Tour à tour, ces adolescents en quête de réponses vont raconter ce qui les unis et ce qui les déchire.

 

 

 

 

 

"Option danse. Deux mots qui ont changé mes perspectives et la trajectoire, à la lecture d'une brochure sur l'orientation après la troisième. J'ai arraché la page. Je l'ai fourrée dans ma poche. Je l'ai montrée à mes parents. Il ont froncé les sourcils, puis haussé les épaules. Ils n'ont pas fait d'objection. D'une certaine façon ils n'en ont pas les moyens. Mais je ne veux pas penser à ça non plus. Il y a tellement de choses auxquelles je ne veux pas penser. Une tête vide - mon rêve. Une tête vide et le rythme qui prend les commandes. Cette joie électrique que tu ressens jusque dans ton diaphragme."

 

 

 

La danse est un art et un moyen d'expression auquel on ne pense pas forcément quand il est question d'adolescence. Elle est pourtant essentielle dans ce roman puissant et très touchant. Dès les premières phrases, on ressent les mouvements, on les imagine et on aurait presque envie de les reproduire. Ces adolescents aux histoires très différentes et aux caractères atypiques sont très justes dans leurs remarques et leurs comportements.

Difficile de résister au charme de ce roman, dont on ressort grandi ! À lire et relire dès 14 ans.

 

Dancers de Jean-Philippe Blondel

Actes Sud junior, 2018

13,90€

 

 

Partager cet article

Repost0
10 août 2018 5 10 /08 /août /2018 12:30

En mars de cette année, les éditions Acte Sud Junior avaient réussi à retenir notre attention grâce à une de leurs nouveautés : La Maison Abandonnée... Si ce roman a été un coup de cœur, nous n'avions malheureusement pas encore eu le temps de vous en parler. C'est le moment ou jamais de rattraper notre retard...

 

Jacob, Ichiro, Hayden et Hannah sont amis depuis leur première rencontre. Malheureusement pour eux, cet été va tout changer. En effet, Ichigo doit partir s'installer au Japon avec toute sa famille à la rentrée prochaine. Adieu la région des grands lacs, adieu les vallées, les montagnes, adieu les amis et bonjour l'inconnu... De ce déménagement, un seul point positif  : le nouveau canot offert à Ichigo par ses parents afin de lui faire oublier la douleur de la séparation. 

Alors que le groupe de copains explore les lacs alentours, ils font la découverte d'une nouvelle île, déserte à l'exception d'une villa : La Fin de l'Été. Intrigués par ce mystérieux endroit, les quatre amis décident d'y camper, c'est là que tout commence...

Grincements étranges, ombres floues, portes qui claquent et visions paranormales ne cessent d'hanter nos jeunes héros, tout comme leur vieux copain Colton, disparu il y a plusieurs années. Il n'en faut pas plus pour que de vieux souvenirs refassent surface et qu'ils décident de mener l'enquête. 

 

 

L'île avait beau être silencieuse et isolée, il y avait une tonne d'énergie dans l'air. C'était difficile de se concentrer, difficile de réfléchir. Jacob sentit un mal de tête sur le point de se déclarer  de petites vrilles creusaient l'extrémité de son cerveau. Il ferma les yeux et se frotta le front .

- Hé ! Regarde !

FIN

Jacob saisit une branche et la plia de façon à pouvoir lire le reste de l'écriteau . La branche se cassa aussitôt et il la laissa tomber sur le sol. L'écorce paraissait saine, mais le centre était noir et en décomposition. On aurait dit un os cassé avec de la moelle pourrie au milieu. L'arbre se mourait lentement de l'intérieur. Jacob savait que la pourriture du cœur était une maladie causée par un champignon. Mais il croyait que cela n'affectait que les vieux arbres, pas les arbres si petits, si jeunes.

Il put enfin lire le reste de l'écriteau :

FIN DE L'ÉTÉ

 

 

Mélange de roman d'enquête et de roman d'horreur, La Maison Abandonnée de Joel A. Sutherland a su répondre à toutes nos attentes. On dévore cette aventure avec autant de passions et de frissons que ses personnages attachants et réalistes à qui le lecteur s'identifie facilement.

En cette période de grosses chaleurs, La Maison Abandonnée est donc LE roman idéal : il saura vous faire frissonner... Dès 10/11 ans, âmes sensibles s'abstenir.

 

La Maison Abandonnée de Joel A. Sutherland

Actes Sud Junior, 2018

15.80€

Partager cet article

Repost0
17 juillet 2018 2 17 /07 /juillet /2018 12:30

Toujours en quête d'histoires à la fois dépaysantes et réfléchies, Tristan Koëgel, pour lequel nous avions déjà eu un gros coup de cœur avec Bluebird (ici) arrive dans à la librairie cet été avec un recueil de 7 nouvelles autour de la mer.

 

 

 

Le recueil s'ouvre sur l'histoire de Miss Victoria, la meilleure pâtissière de Gibraltar en 1850. Ces gâteaux sont tellement bons que certains disent qu'ils sont ensorcelés. Mais est-ce bien le cas ? Une chose est sûre, Miss Victoria sait résoudre tous les conflits grâce à ses pâtisseries. Tous, vraiment ?

Toujours dans le bassin méditerranéen, Awa est coiffeuse dans le salon de Mr Diene à Noailles. Si la jeune femme, d'une grande patience et d'une gentillesse sans égal, laisse son patron la traiter comme une esclave, c'est parce qu'elle ne veut pas perdre son travail. Mais quand ce dernier décède accidentellement en plein milieu du salon de coiffure, que va faire Awa ?

Depuis qu'il est petit, Dinko peint. Il reproduit tout ce qui se trouve devant lui et devient très vite le meilleur peintre de la péninsule. Même le roi fait appel à lui pour réaliser son portrait. Suite à ses différents séjours au palais, Dinko tombe rapidement amoureux de la princesse Maria. Mais au bout de quelques temps, las de peindre ce qui se présente à lui, le peintre se lance le défi de peindre la mer... Mais ce qui semble pourtant si simple au départ va prendre une tournure obsessionnelle.

 

 

Avec beaucoup de poésie et de justesse, Tristan Koëgel propose un voyage en méditerranée surprenant. Les sept nouvelles, toutes très réussies, nous plonge dans des époques différentes, avec des sujets à méditer au bord de la plage ou confortablement installé dans le transat. Les textes sont accessibles dès 13 ans et sans limite d'âge !

 

L'homme qui voulut peindre la mer et autres nouvelles de Tristan Koëgel

Didier jeunesse, 2018

14,90€

 

 

Partager cet article

Repost0
10 juillet 2018 2 10 /07 /juillet /2018 12:30

L'été est là, les vacances ont officiellement commencé ! C'est donc le moment ou jamais de vous parler de lectures qui changent les idées et font  voyager...

Et pour la première escale de ces vacances nous allons nous arrêter en... Italie !

 

 

 

Lina a fait une promesse à sa mère ; elle se rendra en Italie après son décès et plus précisément à Florence, la ville où elle avait fait ses études et dont elle était tombée amoureuse.
Arrivée sur place pour l'été, Lina s'installe chez Howard. Un peu à contre-cœur, elle apprend à connaître ce gardien de cimetière militaire américain qui se trouve être aussi son "père"...

Malgré cela, l'été semble s'annoncer comme ennuyeux à mourir. Mais tout change lorsque Lina reçoit le vieux journal de bord de sa mère et fait la rencontre de Ren, un jeune et séduisant italo-américain excentrique. Ensemble, ils vont partir sur les traces des parents de Lina et tenter de découvrir les raisons qui ont poussé sa mère à retourner en Amérique.

 

 

 

"Sonia a croisé mon regard dans le rétroviseur.

- Tu sais Lina, on vient en Italie pour un tas de raisons, mais quand on reste, c'est toujours pour deux choses.

- Lesquelles ? 

- L'amour et les glaces.

- Amen, a conclu Howard. 

Je me suis tournée vers la fenêtre en essayant de retenir mes larmes. Les glaces, d'accord, mais ça ne me suffisait pas. Je voulais aussi l'amour"

 

 

 

Entre roman initiatique et romance, Love & Gelato nous entraîne à la découverte de l'Italie et de la ville de Florence. Riche en repères historiques et géographiques, ce roman feel-good rempli d'humour vous permettra de voyager sans même quitter votre chaise-longue !

 

Love & Gelato est un roman plein de fraîcheur qui donne le sourire ! Que vous soyez fille ou garçon, jeune ou moins jeune, vous en ressortirez tous avec la même envie : manger une délicieuse glace... à l'italienne ! Dès 12 ans.

 

Love & Gelato de Jenna Evans Welch

Bayard Éditions, 2018

15.90€

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2018 2 03 /07 /juillet /2018 12:45

 

 

Chaque jour Dracula, une bande dessinée qui contribue à la prévention du harcèlement scolaire, que chaque parent devrait lire et qui devrait se trouver dans chaque CDI.

Écrite par Loïc Clément à qui on doit Professeur Goupil (Little Urban) et illustrée par Clément Lefèvre dont on connait déjà l'univers fantastique de l'épouvantable peur d'Epiphanie Frayeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons tous été enfants, et Dracula aussi, avant d'être le vampire célèbre qu'il est aujourd'hui. Nous sommes donc tous allés à l'école, et malheureusement ça ne s'est pas toujours bien passé . Dans cette bande dessinée, qui peut aussi être lue comme un album, nous suivons le quotidien du petit Drac et le cauchemar qu'il vit à l'école, à cause d'un groupe d'enfant l'ayant prit pour cible. Victime de violences physiques et morales (ses dents pointues, son allergie au soleil, sa façon de s'exprimer), Dracula n'en parle à personne et garde tout pour lui, jusqu'au jour de la brimade de trop.

 

 

 

À travers ce personnage aux multiples capacités extraordinaires et à la renommée internationale, les enfants peuvent relativiser les faits, et comprendre qu'il n'y a pas de honte à parler de ce que l'on vit, que cela peut arriver à tout le monde, et que les violences et les insultes ne nous caractérisent pas. Parmi les personnages, on retrouve aussi le père de Dracula, dont la réaction est extrêmement bien imagée, et exprime parfaitement la tempête intérieur qui secoue les proches à l'annonce du harcèlement que subit leur enfant. 

 

 

"La rébellion de Dracula fut pourtant de courte durée...

 

Que l’éternelle victime ose un tant soit peu se rebeller provoqua la fureur de Christophe ! 

 

On ne sait pas très bien ce que Christophe et sa bande firent à Dracula en représailles mais...

 

Cette fois-là, la violence atteignit un palier supplémentaire,

 

Celui de trop.

 

Celui qui marque.

 

Et laisse des séquelles."

 

 

 

Chaque jour, Dracula de Loïc Clément et Clément Lefèvre

Delcourt Jeunesse, 2018

10.95 €

 

 

Partager cet article

Repost0
26 juin 2018 2 26 /06 /juin /2018 12:30

Sorti en mars mais rapidement en rupture, Le Secret du rocher noir revient pour notre plus grand bonheur sur nos tables à la librairie. Ce magnifique album écrit et illustré par le britannique Joe Todd-Stanton est à découvrir sans attendre.

 

 

Erine Pike habite un village de pêcheurs où tout le monde craint le terrible « rocher noir », un récif capable de détruire toute embarcation qui ose s'approcher de lui. Malgré ces histoires, la curiosité d'Erine la pousse à s'embarquer en cachette sur le bateau de sa mère pour voir de plus près le fameux rocher. Mais une tempête la fait tomber à l'eau sans que personne ne s'en aperçoive... Erine s'enfonce dans les profondeurs de l'océan et se retrouve tout à coup nez à nez avec le rocher. En fait, il est tout le contraire de ce qu'on dit de lui ! C'est une créature douce, timide et gentille. Quand Erine rentre dans son village, personne ne croit le portrait qu'elle fait du rocher. Heureusement, la détermination et la courage de la petite fille feront changer le regard des pêcheurs sur son nouvel ami.

 

 

Les illustrations où Erine est au fond de l'eau face au rocher noir nous immergent dans un monde marin foisonnant. Les méduses côtoient les carpes koï et les lottes dans un ballet coloré. Le tout est baigné d'une lumière bleu-vert qui donne un très joli contraste aux dessins. Il est passionnant de traquer tous les petits détails de ces planches. L'histoire, quant à elle, n'est pas en reste, donnant une belle leçon sur le respect d'une nature fragile et précieuse. En bref, voici un album à découvrir dès 4 ans et à partager sans modération !

 

Le secret du Rocher noir de Joe Todd-Stanton

L'école des loisirs, 2018

12,20 €

Partager cet article

Repost0
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 16:58

Pour sa deuxième BD chez Sarbacane, Max de Radiguès nous offre une aventure qui mêle rites initiatiques ancestraux et portraits d'adolescents attachants.

 

 

Cet été, les jumeaux Stig et Tilde s'apprêtent à passer le kulku. Il s'agit d'une tradition solidement ancrée dans leur ville où tous les jeunes de 14 ans partent une année entière loin de tout pour survivre sur une île. Heureusement, au XXIe siècle, les choses ont changé : tous se retrouvent sur une île plus proche pour un seul mois, avec des frigos pleins de nourriture, Internet... ce sont de grandes vacances sans parents, en somme ! Alors qu'ils commencent leur aventure, les jumeaux sont pris dans une tempête et s'échouent sur une île inconnue. Les voici obligés de survivre comme leurs ancêtres lors des premiers kulku ! Leur bateau est cassé et les réserves de nourriture ne sont pas bien hautes... et en plus, les jumeaux ne semblent pas seuls sur l'île.

 

La survie sur une île déserte est un thème récurrent en littérature jeunesse : on pense tout de suite à Robinson Crusoé, ou alors même au Club des Cinq avec Kernach ! Stig & Tilde ajoute à cette image une dimension fantastique : l'habitant mystère de leur île est bloqué entre deux mondes, il est à la fois attirant et dangereux. La débrouillardise des jumeaux sera leur meilleure arme pour s'échapper de cette maudite île. Ils sortiront de cette première aventure grandis, un peu plus adultes, comme le veut le rite du kulku. Le dessin doux et épuré de Max de Radiguès fait de cette BD une histoire prenante à découvrir dès 12 ans. Vivement la suite !

 

Stig & Tilde, L'île du disparu de Max de Radiguès

Sarbacane, 2018

13,50 €

Partager cet article

Repost0
5 juin 2018 2 05 /06 /juin /2018 12:30

Et ils meurent tous les deux à la fin est le troisième livre de l'américain Adam Silvera, mais le premier (enfin !) traduit en français. Voici un titre percutant pour une histoire inoubliable !

 

Dans un futur qui pourrait être le nôtre, une société nommée Death-Cast prévient chaque personne de la date de leur mort. Dès que quelqu'un reçoit le funeste appel, le compte à rebours est lancé : il lui reste moins de 24 heures à vivre. Tout un business existe autour de ces annonces, comme « Vivez l'expérience » qui propose des simulations de sensations fortes ou l'application « Dernier Ami ».

 

C'est par ce biais que se rencontrent Mateo et Rufus. Ils ont à peine 18 ans quand Death-Cast leur annonce leur mort imminente. Pourtant, aucun des deux garçons n'a de problème particulier. Alors comment peuvent-ils mourir aussi tôt ? Ou, question encore plus importante, vont-ils mourir en ayant des regrets ? Mateo est un jeune homme réservé, qui ne sort de chez lui que pour rendre visite à son père hospitalisé. A-t-il vraiment vécu pendant sa courte existence ? Et Rufus, qui commence son dernier jour de la pire des manières qui soit, n'a-t-il pas gâché une partie de la sienne ?

 

« J'ai du mal à respirer. Je vais mourir aujourd'hui. J'ai toujours eu peur de mourir. Et je ne sais pas pourquoi, je pensais que ça n'arriverait justement pas parce que j'avais peur. [...] Papa m'a même rabâché qu'il fallait que je m'imagine être le héros d'une histoire, quelqu'un à qui il n'arrive jamais malheur et surtout qui ne meurt pas, parce qu'il doit rester dans les parages pour sauver le monde. Le vacarme dans ma tête s'atténue, et à l'autre bout de la ligne, le messager de Death-Cast attend de m'annoncer que je vais mourir aujourd’hui, à l'âge de dix-huit ans. »

 

Avec un style simple mais très juste, l'auteur nous emporte dans l'errance de ces deux personnages que tout oppose. Seule l'imminence de leur mort est leur point commun ! Sans l'appel fatal de Death-Cast, Mateo et Rufus ne se seraient jamais rencontrés. Les chapitres alternent les voix de chacun, auxquelles s'ajoutent celles de personnages secondaires qui croisent leur route. La moindre action de l'un peut avoir des répercussions énormes sur la vie d'un autre. Nous sommes témoins de ces vies qui se télescopent pendant les 24 heures que durent l'histoire. Mais le plus beau reste l'amitié inattendue et vertigineuse qui se noue entre Mateo et Rufus. Si le sujet de ce livre est on ne peut plus sombre, Adam Silvera nous offre avec une infinie douceur une histoire impossible à oublier. Et vous, s'il ne vous restait que 24 heures à vivre, comment les vivriez-vous pour ne pas avoir de regrets ?

 

Et ils meurent tous les deux à la fin d'Adam Silvera

Robert Laffont - Collection R, 2018

17,90 €

Partager cet article

Repost0
1 juin 2018 5 01 /06 /juin /2018 12:30

 

Nouveau venu de la collection 1000 pages chez Glénat, ce roman graphique est un ovni, d'un genre indéfinissable. Entre initiatique et dramatique, il nous conte une histoire de fantôme et de quête de soi.

 

 

Louison comme tous les étés se rend chez sa grand mère pour y passer ses vacances, avec sa grande sœur et ses cousines. Seulement voila, cette année l'écart d'âge entre elle et les autres filles de la famille se fait sentir, elles deviennent adultes tandis qu'elle est encore coincée dans l'enfance. Résultat, elle se sent rejetée et erre dans la maison avec sa grand mère jusqu'au jour où elle tombe nez à nez avec le fantôme d'une jeune fille de son âge, qui se trouve être sa grand-tante. Elles vont ainsi lier une amitié très forte, assez forte pour que cette dernière n'ai plus envie de la laisser partir... Tandis que les grandes passent leur temps entre plage, premières cigarettes, et premiers émois amoureux.

 

 

Ce roman graphique nous montre les difficultés à grandir et vieillir, du passage de l'enfance à l'adolescence, de la vieillesse et des troubles de mémoire et ce, dans l'atmosphère légère des vacances estivales en famille.

À lire dès 14 ans !

L'été fantôme de Elizabeth Holleville

Glénat, 2018

25 €

 

 

Partager cet article

Repost0

L'emile

  • : Le blog de la Librairie L'Emile
  • Le blog de la Librairie L'Emile
  • : Toute l'actualité de l'Emile, la librairie de la jeunesse et des écoles, à Paris ! Actualité en littérature jeunesse Nouvelles collections en papeterie 01.45.75.16.15
  • Contact

Actualités

La librairie ouvre :

- de 8h à 19h du lundi au vendredi

- de 10h à 19h le samedi

Droit d'auteur

Les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des maisons d'édition et toute reproduction ou utilisation non autorisée est passible de poursuites pénales.