Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2014 2 17 /06 /juin /2014 12:30

En septembre 2013, une nouvelle collection a vu le jour aux éditions Scrinéo. Lancée et dirigée par Arthur Ténor, auteur éclectique et confirmé, "Roman d'horreur" s'inscrit dans la lignée des "Chair de Poule" chez Bayard. Arthur Ténor annonce clairement la couleur : "Roman d'horreur" est une collection surfant sur le succès des livres de Stephen King et des films d'horreur auprès des adultes et adolescents. Alors ? Tentés ? Jetez-vous sur les deux titres déjà parus et frissonnez avec nous !

 

 

Roman d'horreur, ils n'auraient jamais dû retourner dans cette maison, Arthur Ténor - septembre 2013 - 12,90€

Valentin est un garçon très intelligent. Et comme tous les ados de son âge, il aime jouer à se faire peur avec ses amis. Pour cela, quoi de mieux qu'une maison supposée hantée ? Sauf si celle-ci est réellement hantée... Les morts se mettent à parler à Valentin : leur assassin n'est pas sous les verrous. Humour, surnaturel, policier : tout y est ! On frissonne, on palpite, on s'engouffre dans cette enquête, tout en riant. Arthur Ténor parvient superbement à détourner les clichés et nous offre un roman  terriblement plaisant !

 

 

Bienvenue dans l'enfer de la peur, Arthur Ténor - mars 2014 - 12,90€

Quand le grand-père de Sophia, archéologue de renom, meurt, Sophia hérite d'une étrange amulette. Avec Léonard, un ami du collège, ils parviennent à l'ouvrir et se sentent soudain comme... possédés par des forces diaboliques. Ils vont devoir s'affronter et leur seule arme sera la peur, celle qui hante nos plus terribles cauchemars... Réelle plongée en enfer, ce roman est puissamment bon. Contrairement au précédent, il nous enferme dans nos terreurs psychologiques et nous empêcherait presque de dormir. Sans se départir d'une bonne dose d'humour, Arthur Ténor nous entraîne avec brio dans une intrigue menée de main de maître !

 

 

Pour conclure, je peux assurer dès aujourd'hui que cette collection s'inscrira sur la durée avec, j'espère, de nouveaux auteurs et, surtout, de nouvelles péripéties plus effrayantes les unes que les autres. N'hésitez plus et jetez-vous sur ces romans, frissons garantis ! Et en septembre, découvrez avec nous la nouveauté Vous allez adorer cette croisière sanglante. Moi, j'ai hâte ! Dès 12 ans !

Partager cet article

Repost0
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 12:30

Dans une semaine, le 5 juin, sort une perle de la littérature jeunesse. Natalie Lloyd, auteure encore confidentielle, nous offre ici un roman savoureux, doux et magique. Nul doute que nous sommes en présence d'un nom à retenir, d'un talent en devenir.

 

Félicie et Frannie Jo sont deux sœurs comme les autres. À deux détails près : Mama, leur mère, a la bougeotte et Félicie voit des mots. Oui, comme ça, ça manque un peu de contexte, je vous l'accorde. Mama est incapable de se poser quelque part. Au bout de deux semaines, un mois, six mois maximum, il faut toujours déménager. Quant à Félicie, elle voit, au dessus des gens, les mots qu'ils pensent, qu'ils se cachent, qu'ils se refusent à admettre. Alors, elle les collectionne dans un cahier, mots réels ou inventés, et en fait des poèmes pour Frannie Jo. Un jour, elles atterrissent à Midnight Gulch, ville natale de leur mère. Pour Félicie, c'est la révélation. Elle se sent enfin chez elle et elle découvre l'amitié. Autrefois, Midnight Gulch était une ville magique, ce qui laisse des traces : des glaces délicieuses qui nous remémorent nos souvenirs enfouis, des émotions oubliées qui resurgissent, des événements étourdiffants. Mais où est la frontière entre légende et réalité ?

 

Factabuleux n°1: lorsqu'on referme ce livre, on rêve de manger de la glace "Aurore de mûre".
Factabuleux n°2 : ce livre vous fera couler des larmes, et vous ne pourrez rien y faire.
Factabuleux n°3 : cette bulle de douceur et de poésie nous habite encore longtemps.
Factabuleux n°4 : on apprend à employer de nouveaux mots comme "factabuleux" (fait qui fait du bien, comme si tu serrais le soleil d'été dans tes bras) et "factapique" (vérité qui fait un peu mal, qui pique et égratigne, comme si on essayait de serrer la main à un cactus ; ça n'empêche qu'elle est vraie).
Factabuleux n°5 : je le conseille à tous... dès 11 ans.

 

"Elle a posé de grandes coupes devant nous. Elle a étalé une serviette sur la table et disposé six pots de glace. Je n'étais toujours pas convaincue que la glace Dr Zook fût ce qu'il y a de mieux à Midnight Gulch. Mais c'est parce que je n'avais goûté que la Lard-pépites de chocolat de chez Tante Cléo et que j'avais failli m'étrangler de dégoût. Les parfums de Charlie Sue avaient l'air plus tentants : Tarte aux pommes caramel d'Orangie ; Fondant caramel à tomber de Virgil ; Coup bas et ricanement d'Andy ; Tout vanille à volonté de Jim ; Balancier chocolat-orange de Day ; Délice moka-marshmallow de Marsh."

 

Les mots bleus de Félicie, Natalie Lloyd
Seuil jeunesse, 2014
15,90€

Partager cet article

Repost0
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 12:30

Teresa Buongiorno est italienne. En 2011 sortait pour la première fois en France son Journal d'une Déesse. Je ne l'ai découvert que récemment, grâce à sa jolie couverture et à son résumé alléchant. À peine entamé, ce fut le coup de cœur immédiat !

 

C'est l'histoire d'Hébé, une déesse de douze ans qui, un beau jour, reçoit de son père, le Dieu des dieux, Zeus, un parchemin. Enfin, elle va pouvoir noter tout ce qui se passe à l'Olympe ! Pratique, le parchemin grandit selon la taille du récit. La jeune fille s’attèle à sa tâche rapidement et c'est ainsi que nous rencontrons sa mère Héra, Arès, Iris, et le petit dernier, Héphaïstos. Ce qui commence comme une simple histoire de famille va devenir bien plus. Après tout, nous sommes parmi les Dieux ! Peu à peu, la famille s'agrandit. Hébé en rencontre les membres, voyage, découvre ses pouvoirs... Apollon, Athéna, Méduse, Cronos, et encore beaucoup d'autres... Vous saurez tout à leur sujet ! Car si les dieux sont Dieux, leurs émotions ont la force de leurs pouvoirs. Ils révèlent chacun leur tour un certain talent pour déclencher une guerre sous n'importe quel prétexte !

 

Savez-vous pourquoi il y a un arc-en ciel après la pluie ? La raison du nom de la voie lactée ? Comment devenir Immortel ? C'est ce genre d'anecdotes à propos de la mythologie grecque et de l'histoire des hommes en général que l'on ne cesse d'apprendre. Il y aussi bien-sûr Hébé qui, au début de l'histoire, se plaint car elle n'arrive pas à grandir. En lisant son récit, on assiste à son évolution ; on remarque la sagesse dont elle peut faire preuve et le doute dont elle est souvent la proie.

Un roman drôle et instructif sur la mythologie et l'adolescence, à mettre entre toutes les mains dès 11 ans !

 

Journal d'une déesse de Teresa Buongiorno
Flammarion jeunesse, 2011
6,60€

Partager cet article

Repost0
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 12:30
Le cheval qui sourit... Sorti en 1992 aux éditions L'école des loisirs, ce petit roman racontait l'histoire tragiquement belle d'une maitresse d'école qui casse sa tirelire pour aider ses élèves à acheter un cheval. L'auteur ? Chris Donner. Cette histoire m'avait bouleversée et je n'ai fait le lien avec Mes début dans l'art qu'à la fin de ma lecture. Pour info, Chris Donner a aussi écrit pour les adultes sous son pseudonyme complet Christophe Donner et a emporté quelques prix littéraires.


Dans Mes débuts dans l'art, David Belting nous raconte son histoire. Comment, sans n'avoir jamais appris, il se trouve être virtuose du dessin. Lorsqu'il dessine un enfant, celui-ci pleure, quand il esquisse des cerises, les oiseaux viennent picorer. Son père, persuadé du succès assuré de son fils, l'inscrit dans la nouvelle Académie des Arts de Reno. David, qui n'aspire qu'à la tranquillité, souhaite seulement rester à la maison jouer avec ses frères et sœurs. Pourtant, il suit assidûment les cours qui se suivent et ne se ressemblent pas toujours. Tantôt cancre, tantôt génie, il n'apprécie pas particulièrement l'école. Pourtant, lorsque Rocio Mendes, magnifique mexicaine, entre à l'Académie en cours d'année, tout change.

Entre querelles artistiques, relations familiales et remises en question, Mes débuts dans l'art est un superbe roman intense et agréable à lire. L'histoire nous emmène plus loin que l'on ne l'aurait imaginé et on se laisse emporter sans problèmes. Sorti en 2013, je n'ai découvert ce livre que récemment sur les conseils d'une cliente et je le conseille dès aujourd'hui à partir de 13 ans.
 
Mes débuts dans l'art de Chris Donner
L'école des loisirs, 2013
14,50€

Partager cet article

Repost0
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 12:30

Dans le panorama actuel de la littérature jeunesse, les romans post-apocalyptiques sont légion et les auteurs scandinaves fleurissent. Ici, les deux sont réunis dans un one-shot en forme d'espoir... En janvier, très discrètement, le roman Automne de Jan Henrik Nielsen s'est glissé sur nos étagères. Mais pourquoi ai-je autant attendu pour le lire ?

La Grande Catastrophe a anéanti le monde. Les plantes, les animaux, puis les hommes, sont tombés malades les uns après les autres et la terre est devenue un endroit toxique. Heureusement, Nanna et sa petite sœur Fride vivent recluses dans un bunker sur un île perdue, avec leur père. Un beau jour, toutefois, leur père tombe malade. Les filles voient là une chance inouïe d'explorer le monde, à la recherche de médicaments. Direction : leur ancien appartement, en pleine ville. Commence alors un long périple à pied dans un paysage désolé : les rencontres, les peurs, la joie surprenante de voir ce monde qu’elles ne connaissent plus, les rendent plus fortes, avec au bout, l’espoir d’une nouvelle vie…

Au delà d'une aventure palpitante et qui nous prend aux tripes, Automne est avant tout un concentré de rapports humains plus vrais, plus cruels et plus tendres que jamais. Perpétuellement sous tension, on suit et soutient les sœurs dans leur périple, sursautant, pleurant, riant avec elles. Roman atypique, renouvelant avec délice le genre de la dystopie, il nous envahit et nous habite autant qu'un excellent film. À lire, à conseiller, à offrir. Dès 13 ans.

 

"Ça y est. Elles sont sorties. Que va-t-il se passer à présent ? Nanna frissonne. Lève les yeux vers le ciel. Il est dégagé, bleu vif. Ça rendrait presque les choses encore pires : lui a la même allure que toujours et ne fournit aucun éclaircissement sur l'horreur qui s'est passée. Si au moins il avait été d'un jaune maladif, chargé de nuages empoisonnés, ça aurait contribué à expliquer la situation. Mais non. Il est comme avant. Pourtant, rien n'est comme avant."

 

Automne, de Jan Henrik Nielsen
Albin Michel, 2014
15,90€

Partager cet article

Repost0
4 avril 2014 5 04 /04 /avril /2014 12:30

album-cover-large-21062.jpgIl y a quelques années, quand l'Émile s'est remis à la BD, nous vous avions fait découvrir la superbe trilogie La Cité de l'Arche de Boiscommun. Aujourd'hui, c'est sa fable fantastique Lueur de nuit que nous rêvons de vous présenter. Un voyage dans l'imaginaire, dans le suspense et l'émotion.

 

Martin, Gab et Émile sont trois enfants qui vivent comme ils peuvent, de petits larcins. Sous l'égide d'une terrible taulière, ils préfèrent courir les rues et les ennuis. Un beau jour, pour éviter de se faire attraper par la police, ils se réfugient dans une mystérieuse et sordide abbaye, une propriété maudite... Ils se retrouvent bloqués à l'intérieur... Surviennent alors de curieux événements... Ils vont finir par faire la rencontre d'un enfant, seul, une chandelle à la main...

 

49763-1.jpgLe gros plus de cette bande-dessinée est inévitablement l'illustration. Boiscommun nous régale à nouveau de paysages fantasques, de villes médiévales et surtout, d'un océan rebelle. Bien plus que le texte, ce sont les illustrations qui nous entraînent totalement dans l'histoire.
Pour le récit à proprement parler, Boiscommun a choisi de faire parler ses personnages avec un vieil argot des rues, ce qui perturbe légèrement la lecture. Un temps d'adaptation est donc nécessaire pour s'immerger dans l'aventure. Dérangeant et fascinant, ce one-shot saisit et ne nous lâche pas.
 

 

Une fable terriblement captivante, dès 13 ans.

 

Lueur de nuit d'O.G. Boiscommun
Glénat, 2013
14,95€

Partager cet article

Repost0
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 12:30
tn.jpgAnnelise Heurtier nous avait enchanté en 2013 avec son dernier roman. Sweet Sixteen mettait en scène Molly, une adolescente noire qui intégrait pour la première fois un lycée public jusque là réservé aux blancs. Vous pourrez trouver notre critique ici.

C'est avec cette même émotion que l'on découvre aujourd'hui (enfin presque, puisque vous ne le trouverez à la librairie qu'à partir 2 avril) Là où naissent les nuages, toujours aux éditions Casterman. Cette histoire, c'est celle d'Amélia, parisienne de notre temps. Fille unique, mal dans sa peau, elle mène une existence sans encombres, aimée de ses parents. Un matin, lorsque une lettre arrive tout droit de Mongolie, le passé engagé de sa mère dans l'humanitaire refait surface et ce n'est non pas son voyage, mais celui de la famille entière qui est envisagé pour l'été. Amélia, habituée au confort et à la facilité, va se retrouver face au désarroi d'un bidonville et à la beauté des paysages.

Écrit à la première personne, Là où naissent les nuages nous raconte son voyage au bout du monde, au propre comme au figuré. Ce livre nous sensibilise en douceur aux causes qui comptent et nous met sous le nez une misère à laquelle on ne pense pas. Le personnage d'Amélia est très riche, et évolue dès les premières pages. Drôle et sensible, son récit est un délice ! C'est avec elle que l'on découvre l'inconnu et le magnifique, Annelise Heurtier nous ensorcelle et nous fait voir des choses auxquelles nous ne pensions pas et, surtout, que l'on n'imaginait pas si bien percevoir !

On l'a lu et on vous le recommande (très très) vivement à tous, dès 12 ans !

Un petit extrait en attendant mardi ?
"En chuintant, les doubles-portes automatiques se sont ouvertes sur l’extérieur. Jamais je n'oublierai les secondes qui ont suivi. Peut-être parce que ma perception était altérée par la particularité de ce voyage (...). Peut-être tout simplement parce que je n'avais encore rien vu de tel. Une impression d'ailleurs absolu."

Là où naissent les nuages, d'Annelise Heurtier
Casterman, 2014
12,00€

Partager cet article

Repost0
18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 12:30

tete.jpgLes parents de Margotte et Clairette, franciliens convaincus, décident soudainement de déménager. Un déménagement, à 13 ans, ce n'est jamais facile à vivre. Pour Margotte, c'est même un drame ! Et quand ils lui annoncent la destination... l'Ardèche ! Pour les parents, c'est avant tout un retour à la terre. Mais Margotte voit ça comme une trahison ! Qu'est-ce qu'elle va bien pouvoir aller faire dans ce trou paumé ? Ils débarquent dans un village de 17 habitants, tous plus bizarres les uns que les autres... La pâte de coings maison, les caillettes, le fromage de chèvre et la rivière d'eau glacée ne font pas l'unanimité... Mais quand Clairette, la petite sauvageonne de 4 ans, disparaît, la famille va découvrir l'autre côté de l'Ardèche...

 

De l'humour à la peur, en passant par une extrême tendresse, on découvre avec bonheur cette superbe région de France, à travers les yeux de Margotte qui, du haut de ses 13 ans, ne manque pas d'ironie. Les personnages sont terriblement attachants et on ne peut pas refermer ce livre avant de l'avoir terminé. L'auteur, Gaia Guasti, nous émerveille avec une plume truculente et acérée. Une bulle de bonheur : un point c'est tout !

Dès 11 ans.

 

"Un quart d'heure plus tard, pendant la première pause gerbe du trajet, le chauffeur du car se présente : il s'appelle Chérif.
Ça me fait un peu penser à un western, mais je ne le dis pas. Sans doute parce qu'au même moment, je suis en train de dégueuler mon petit déj sur une ravissante étendue de thym aromatique sur le bas-côté de la route.

Encore dix minutes et j'apprends, pendant ma deuxième pause gerbe, que Chérif est né au Maroc et qu'il vit en Ardèche depuis trente ans. Avant d'être chauffeur pour la communauté de communes, il a passé deux bonnes décennies à travailler dans une usine de découpe de volaille. Il y a ça de bon dans la vie, que tout s'explique.

En agrippant mon bras avec douceur, il m'aide à remonter dans le car et me conseille gentiment :
- Essaie de regarder la route, ma petite poulette."

 

La tête dans les choux, Gaia Guasti
Thierry Magnier, 2013
9,20€

Partager cet article

Repost0
28 février 2014 5 28 /02 /février /2014 13:00

9782747036788_1_75.jpgIl y a peu de temps, je remarquai un joli roman sur nos tables, à la couverture superbe et au titre énigmatique : La Malédiction Grimm de Polly Shulman. Ni une ni deux, je le lis sans hésiter ! Et dès les premières pages, je brûlais d'envie de vous en parler !

L'auteure, Polly Shulman est américaine et a déjà écrit plusieurs livres. Bourrée de talent et d'imagination, elle nous livre ici un roman emprunt de magie en forme de conte.

Elizabeth va être confrontée à de nombreux événements auxquels elle n'aurait pas cru auparavant, pendant son travail au Dépôt d'Objets Empruntables de la Ville de New-York. Au départ, il s'agissait juste d'un petit boulot en dehors du lycée que son professeur d'histoire lui avait conseillé. Il s'agira très vite de bien plus ! D'abord, parce que ce travail permet à la jeune fille de ne plus penser à la nouvelle femme de son père qui ne la porte pas dans son cœur, et parce qu'elle y rencontrera de nouveaux amis. Ensuite, le fait est que le dépôt est un établissement d'emprunt de toutes sortes d'objets. Parmi eux, ceux de la Collection Grimm, nommée ainsi en référence aux contes... Entre employées disparues, animal menaçant et clients louches, Elizabeth ne saurait plus trop où donner de la tête sans les amis qu'elle s'est faits. À moins que ce soient les garçons qui la lui fassent tourner?

Vous ne connaissez pas tous les contes de Grimm ? Aucun soucis, bon nombre d'entre eux sont présents à la fin de l'ouvrage !

Un roman hors pair, au concept génial et à l'histoire intrigante ! À dévorer dès 13 ans.

 

La Malédiction Grimm de Polly Shulman
Éditions Bayard Jeunesse, 2014
15,90€

Partager cet article

Repost0
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 13:00

Il est des romans qui plaisent. Et il est des romans qui marquent ! Dans ce texte-ci, Alex Cousseau nous offre un périple, une épopée merveilleuse, de Madagascar à New York. Bien plus qu'un simple récit, c'est un véritable voyage qu'il propose au lecteur.



9782812604355 1 75- Tu n'es pas encore né et te voilà déjà un esclave. Dans quelques jours il y en aura partout autour de nous, par grappes, nous ne serons déjà plus des hommes et des femmes, seulement des sacs d'os. Des marchandises. On nous apportera peut-être à l'autre bout du monde, ou bien on nous vendra ici, à des hommes et des femmes qui ne nous parleront que pour nous donner des ordres...
- Qu'est-ce que tu lui dis ? l'interrompt mon père.
- La vérité.
- Épargne-le avec ça.
- Si tu veux l'épargner, il faut l'empêcher de naître, répond ma mère.

 

 

Un seul héros, trois parties, trois vies. C'est d'abord Taan, dans le ventre de sa mère, femme aimante qui lui conte la vie de ses ancêtres, notamment La Buse, le fameux pirate qui aurait caché un trésor inestimable. Mais après s'être fait embarquer sur un négrier par un marchand d'esclave, elle se sacrifie et lui donne naissance en plein océan. Sa deuxième vie commence lorsque Docteur Blind le recueille. Il le nomme alors Antoine. Ensemble, ils décident de rejoindre New York afin de rencontrer Edgar Allan Poe, le seul potentiellement capable de déchiffrer le cryptogramme de La Buse. Ses péripéties ne s'arrêtent pas là. Il se retrouvera à endosser la personnalité d'Anacharsis en espérant se rapprocher petit à petit du trésor.

 

Les trois vies d'Antoine Anacharsis est un trésor à lui tout seul, avec tout ce qu'on attend d'un bon roman. On y retrouve le voyage initiatique de ce héros que l'on connaît par coeur mais qui nous laisse en même temps un réel goût de mystère. On tremble de peur, on plonge dans l'énigme, on vibre avec lui, avec juste ce qu'il faut de folie. On vit ses trois vies avec passion et, même la dernière page tournée, il nous habite encore. Une perle à mettre dans toutes les mains, dès 13 ans.

 

 

Les trois vies d'Antoine Anacharsis d'Alex Cousseau
Le Rouergue, 2012
15,70€

Partager cet article

Repost0

L'emile

  • : Le blog de la Librairie L'Emile
  • Le blog de la Librairie L'Emile
  • : Toute l'actualité de l'Emile, la librairie de la jeunesse et des écoles, à Paris ! Actualité en littérature jeunesse Nouvelles collections en papeterie 01.45.75.16.15
  • Contact

Actualités

La librairie ouvre :

- de 8h à 19h du lundi au vendredi

- de 10h à 19h le samedi

Droit d'auteur

Les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des maisons d'édition et toute reproduction ou utilisation non autorisée est passible de poursuites pénales.