Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 12:30

Si James Dean avait su placer sa Fureur de vivre dans les courses de voitures, David Hofmeyr la transfère aujourd'hui aux courses de motos. Dans Stone Rider, on retrouve l'espoir, l'amour, l'action propres aux romans ados. Mais avec une grande dose d'originalité ! Un roman à découvrir.

 

 

À Blackwater, personne n'a beaucoup d'espoir. Exceptés les infirmes et les Pilotes, tout le monde doit travailler à la mine, pour récolter la voddenite nécessaire à la survie de la Base. La Base, c'est l'éden, le lieu magique, où il n'est plus nécessaire de travailler, où vivent les privilégiés. Pour y arriver, il n'y a qu'un seul moyen : gagner la course de békane de Blackwater. Le circuit le plus dangereux du monde. Assoiffé de vengeance, Adam n'a plus rien à perdre. Il veut gagner cette course coûte que coûte.

 

 

"Il se tourne vers Kane. Il est dangereux ; faut pas s’y tromper. C’est comme le dit Frank. Ne fais confiance à personne. T’es tout seul.
Mais Adam comprend les gens, peut-être encore mieux que Frank. Il a passé sa vie à les observer, pour décider à qui il peut se fier, de qui avoir peur, qui fuir. Kane est peut-être dangereux et compliqué et c’est peut-être aussi celui que veut Sadie, mais il a une autre facette. Adam le sent.

D’ailleurs, ça ne fait jamais de mal de rester proche de ses ennemis. Frank dit ça aussi."

 

 

David Hofmeyr dépeint une jeunesse sans foi ni loi, habitée par une fureur de vivre singulière. Trois héros solitaires vont apprendre à s'entraider, à se soutenir et cette union les poussera aux limites de leurs possibilités. Les personnages mûrissent au fil des pages et sont changés par l'épreuve. Une fois les premières pages d'exposition dépassées, on se laisse complètement entraîner dans ce match-à-mort sans y prendre garde. Les obstacles et les épreuves s'enchaînent fluidement, jusqu'à un épilogue inattendu et parfaitement géré. Stone Rider est un roman original et palpitant, qui plaira autant aux jeunes filles qu'aux jeunes garçons, dès 13 ans.

 

 

Stone Rider de David Hofmeyr
Gallimard Jeunesse, 2015
15,00€

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 12:30

Nous connaissons Arthur Ténor depuis longtemps. Auteur reconnu, il travaille également en étroite collaboration avec les éditions Scrinéo, dirigeant notamment la collection « Roman d'horreur » que nous adorons ! Cette année, il lance une nouvelle collection toute aussi ambitieuse : « Il était un jour... ». Exit le gore et l'humour, apprenons maintenant l'Histoire ! Par le biais de quelques faits précis, souvent méconnus, les éditions Scrinéo nous proposent de découvrir de nombreuses périodes historiques, avec beaucoup de simplicité et de justesse.

 

Quand le Panchen Lama fut kidnappé d'Éric Simard

 

En Occident, nous sommes fort peu nombreux à connaître le Panchen Lama. Deuxième plus haut chef spirituel bouddhiste, il est finalement aussi important que le Dalaï Lama au Tibet. En 1995, le prétendant au titre fut enlevé par le régime chinois, afin de pouvoir mieux contrôler les bouddhistes. Éric Simard s'inspire de ce fait et nous emmène en plein cœur de la captivité de Guendun, jeune enfant tibétain détenu dans le plus grand secret par le régime chinois.
Au delà de l'aspect didactique certain, Éric Simard nous offre une fiction passionnante et emplie d'émotions. Avec Guendun, on rêve d'évasion, de retour aux origines, de se connaître, tout simplement. Ce roman permet également d'aborder le bouddhisme et la situation du Tibet avec les plus jeunes. Un ouvrage de fonds, à proposer à tous, dès 12 ans.

 

"Tous les soirs, après manger, j'ai droit à une heure de télévision. C'est toujours le même rituel : Li, la plus âgée des deux femmes qui veillent sur moi, ouvre l'armoire en fer du petit salon et je m'assois devant l'écran. Elle appuie sur un bouton de la télécommande et l'image apparaît. Deux présentateurs, un homme et une femme, parlent des événements qui se déroulent dans le monde. C'est un de mes moments préférés parce que je découvre ce qui se passe dehors."

 

Quand la Comtesse de Ségur vit brûler Moscou de Lorris Murail

 

Avant d'être l'auteure reconnue de tous, la Comtesse de Ségur n'était autre que Sophie Rostopchine, fille du gouverneur de Moscou. Elle a dû fuir la ville avec sa famille en 1812, laissant derrière elle sa maison d'enfance et son père, car l'armée de Napoléon était proche. Peu de temps après, un brasier immense s'élève de Moscou. Elle va alors chercher à comprendre : qui a osé incendier la capitale ? Choquée et tiraillée de questions, la grande Comtesse de Ségur se livre à nous. 
Lorris Murail nous fait découvrir les horreurs de la guerre et les affres du désespoir avec beaucoup de finesse. Avec Sophie, on est emportés dans le besoin de trouver un responsable, de comprendre les mécanismes de la pensée. Subtilement, on se pose peu à peu la question : comment aurais-je réagi ? Ce docu-fiction romance avec beaucoup de talent les conquêtes Napoléoniennes et nous pousse à en apprendre plus ! Dès 12 ans.

 

"Je dois vous faire un aveu, mes chéries. J'ai toujours aimé les histoires épouvantables. Si je ne me retenais pas, j'en écrirais de vraiment affreuses. Seulement, celle-là, je ne l'ai pas inventée. À cause d'elle, j'ai dû quitter la Russie, mon pays. Et je n'y suis jamais retournée. Alors, je ne suis pas sûre de pouvoir vous la raconter sans pleurer. (…) Nous étions au mois de septembre 1812..."

 

Le 1er octobre sortira également les titres Quand Toutankhamon devint le pharaon maudit de Béatrice Bottet et Quand les enfants Finaly devinrent une affaire d'État de Yaël Hassan.

 

Collection Il était un jour
Éditions Scrinéo, 2015
8,90€ chaque

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 12:30

Les éditions Albin Michel lance une nouvelle collection pour ados : Litt'. Le concept ? Mettre à disposition des ados des textes réalistes écrits par des auteurs français. Pour ses premières parutions, la collection a fait appel à deux auteurs dont le talent n'est plus à prouver : Fabrice Colin et Audren. Par cet article, je vous présente Wild Girl, l'excellent roman d'Audren.

 

Nous sommes aux États-Unis, en 1867, soit deux ans après la fin de la Guerre de Sécession. Milly Burnet a 19 ans. Elle s'ennuie sur la côté Est et rêve de liberté. Elle profite donc d'un poste d'institutrice dans le Montana pour quitter son Massachussetts natal. Dans un village de chercheurs d'or, Milly se rend vite compte que cette contrée reste malheureusement très sauvage malgré des conventions puritaines bien ancrées. À l'Ouest, la liberté n'est finalement pas beaucoup plus accessible qu'à l'Est. Le jour où Milly accepte dans sa classe Joshua, bandit notoire de 17 ans, les ennuis commencent.

 

"L'école était située à l'extrémité de la ville, au bout de la rue principale. D'ailleurs, il n'existait qu'une rue dans le bourg. Une rue dans laquelle se regroupaient les commerces : la banque, le maréchal-ferrant, le bureau des télégraphes, la boulangerie, trois saloons, le charpentier, les pompes funèbres, le salon de coiffure, le salon de thé et le bureau du shérif. Les maisons, aux facades de bois, étaient principalement construites sur cette artère, mais on trouvait aussi des cabanes de mineurs plantées un peu n'importe où aux alentours, et des exploitations agricoles, plus loin dans la ville. Milly était passée devant, en charette. (...) Les oiseaux semblaient plus libres ici que partout ailleurs."

 

Tout d'abord, il faut saluer le travail de recherche effectué par Audren. Si les personnages et la ville de Tolstoy sont pure fiction, tout le reste - sans exception - reflète au plus précis le quotidien des pionniers dans le Montana. Cet aspect documentaire est à apprécier. Pour ce qui est du récit, on se laisse totalement emporter par la plume légère et littéraire, les personnages romantiques (en particulier une Milly pleine d'espoirs ou de désillusions) et les rebondissements inattendus. Audren parvient à nous montrer une héroïne farouche, idéaliste et tenace que l'on suit avec régal et émotion. Les personnages secondaires sont également très bien décrits et l'on s'attache sans retenue à certains d'entre eux. On pleure, on rit, on frissonne : bref, on s'immerge totalement dans ce roman. À lire ! Dès 13 ans.

 

Wild Girl d'Audren
Albin Michel, 2015
15,00€

En bonus, le teaser raconté par Audren elle-même !

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2015 2 01 /09 /septembre /2015 12:30

Aaaah l’été ! Le bon moment pour lire de bons romans détentes et un peu « girly ». Mais pas toujours évident de faire le bon choix parmi la large panoplie de propositions ! En voici un qui m’a tapé dans l’œil, grâce à son titre, dans un premier temps, puis à son résumé pour le moins alléchant. En voici un personnalisé…

 

C’est un été original qui s’annonce pour Douce, jeune adolescente de 15 ans : tandis que toutes ses copines partent en voyage ou au bord de la plage, elle réalise un stage au sein un magazine féminin avec une amie de sa mère. Mais l’ambiance est mauvaise. Notre jeune stagiaire un peu méprisée décide pourtant de s’accrocher et de s’occuper de la rubrique des tests, délaissée par ses collègues. Un matin, au détour d’un couloir, elle croise sa chanteuse préférée, Amira, star du moment. Cette dernière, désespérée et en larmes, lui demande un grand service… Douce va-t-elle profiter de cette opportunité pour tenter de décrocher une interview exclusive ? 

 

Vous cherchez une histoire drôle et émouvante, qui amène à la réflexion sans pour autant tomber dans les reflexions « toutes faites » ? Alors ce livre est pour vous ! Il aborde des sujets chers aux pré-ados et ados tout en laissant place à la discussion, aussi bien entre amies avec les tests glissés entre les chapitres qu’avec les adultes. On peut citer en exemple assez pertinent le thème des stars et de leur quotidien. Une très bonne surprise, à mettre dans toutes les mains à partir de 13 ans ! 

 

Même les stars aiment les sardines à l’huile de Maïa Brami
La Martinière Jeunesse, 2015
12,90€

Partager cet article

Repost0
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 12:30

Un même univers, quatre héros, quatre auteurs et deux éditeurs : c'est le pari fou dans lequel se lance la série U4. Réunissant Yves Grevet, Florence Hinckel, Vincent Villeminot et Carole Trébor (4 auteurs qui ont déjà largement fait leurs preuves), cette série sort le 27 août 2015 en coédition Nathan/Syros et nous, on est addicts ! Les 4 tomes se lisent dans n'importe quel ordre.

 

 

Mi-octobre, un terrible virus s'est déclaré à Utrecht, aux Pays-Bas. Après quarante heures de migraines, asthénies, paralysies puis hémorragies, les personnes le déclarant meurent toutes, sans exception. Rapidement, la pandémie envahit le monde entier et le virus est nommé U4. Étrangement, seuls les adolescents semblent survivre. Le 1er novembre, Khronos, maître du jeu vidéo Warriors of Time, lance un message d'espoir aux quelques 150 Experts du jeu : il existerait un moyen de retourner dans le passé pour stopper le virus. Pour cela, "rendez-vous le 24 décembre à minuit sous la plus vieille horloge de Paris".

Koridwen, Yannis, Stéphane et Jules ont reçu cette bouteille à la mer. 

Chaque personnage a un parcours différent, une vision du rendez-vous bien particulière. Koridwen verra sa route rythmée par des légendes ancestrales bretonnes. Yannis devra affronter la mort, à de nombreuses reprises. Stéphane luttera avec l'espoir de retrouver son père, spécialiste des pandémies, mis à l'abri quelque part. Jules fondera une communauté avec laquelle il pourra échanger, partager et tenter de survivre. Ils ne se connaissent pas, mais finiront par se rencontrer, et faire un bout de chemin ensemble. 

 

 

Au delà de l'univers terriblement bien construit et des péripéties haletantes de chacun, on ne peut que saluer la perfection de cette écriture à huit mains. Les quatre tomes sont crédibles, à la fois individuellement et dans la globalité de la série. Néanmoins, je pense qu'il est impossible de n'en lire qu'un seul : une fois accroché, on ne peut que terminer. Mon cœur tend toutefois vers Yannis, que j'ai trouvé plus complexe et plus subtile que les autres personnages. Dans tous les cas, cette tétralogie post-apocalyptique renouvelle une bonne fois pour toutes le genre et surprend ! Une série exceptionnelle ! Dès 13 ans.

 

Koridwen d'Yves Grevet :

"Ma grand-mère m'a toujours enseigné que la vie était précieuse, celle des hommes comme celle des animaux ou même des plantes. On ne peut s'autoriser à la supprimer qu'en cas de nécessité absolue. Elle disait que nous étions les cellules vivantes d'un grand organisme qu'on appelle la Terre, qu'on y jouait tous notre rôle."

 

Yannis de Florence Hinckel :

"C'est le premier que je vois. Un cadavre met plusieurs jours à remonter à la surface. Beaucoup d'autres vont suivre, et le port va devenir méconnaissable. De toute façon, ce que j'ai vécu sur ces quais ne reviendra plus jamais. Rire et courir, se prélasser sur un banc, y déguster une glace, pêcher les petits poissons avec du pain au bout d'un hameçon, interpeller les pêcheurs sur leurs pointus, chasser les goélands, admirer le scintillement des vagues... Plus jamais."

 

Stéphane de Vincent Villeminot :

"Je reprends mon téléphone, presque à bout de batterie, comme si j'avais besoin de relire cela pour m'en convaincre. Voici onze jours, mon père m'a envoyé un SMS : "Urgence absolue. Je dois te laisser pour 72h." Puis un autre, le lendemain, lorsque la contagion a atteint son effet de seuil : "Ne sors de chez nous sous aucun prétexte. Agis comme je te l'ai appris. suis de retour dès que possible". Je connais ces deux messages par cœur."

 

Jules de Carole Trébor :

"Mon grand-père m'avait dit de ne pas sortir. Mais peut-être suis-je immunisé contre le virus ? Peut-être suis-je en vie pour remplir la mission de Khronos avec les autres Experts ? Je dois tenir jusqu'au 24 décembre et me rendre sous la plus vieille horloge de Paris pour savoir si ce retour dans le passé est possible."

 

U4 ; Koridwen d'Yves Grevet
U4 ; Yannis de Florence Hinckel
U4 ; Stéphane de Vincent Villeminot
U4 ; Jules de Carole Trébor
Éditions Syros/Nathan, 2015
16,90€ chaque

Partager cet article

Repost0
21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 17:16

Eric Boisset n’en est plus à son premier essai. Après de nombreux romans fantastiques pour la jeunesse, dont entres autres la série Arkandias (adaptée au cinéma en 2014), le voici de retour avec le premier volume d’une saga absolument géniale !

 

Bienvenue dans le royaume des Quatres Terres, aujourd’hui divisé par des « pierres de fumées ». De part et d’autre de ces frontières vivent respectivement les humains et les roomajads, des lézards humanoïdes. Par le passé, ces deux peuples vivaient en harmonie, mais pour de sombres raisons, ils se sont déclarés une guerre sans pitié. C’est dans ce contexte que nous faisons la connaissance de Liam et Eléa, jumeaux d’une douzaine d’années, tous deux curieux et débrouillards dans leurs domaines respectifs. Celui de Liam, c’est le maniement de la fronde. Un jour, il fait la rencontre d’un vieillard aveugle faisant des miracles… Ou serait-ce de la magie ? Ce dernier décide de le prendre sous son aile et de lui enseigner un savoir ancestral.
Quant à Eléa, ce sont les plantes qui la passionnent. Elle passe ses nuits à les récolter, les mélanger, et tenter toutes sortes de potions, plus ou moins réussies. Mais un soir, elle est enlevée par des roomajads et emmenée de l’autre côté des « pierres de fumées », auprès de deux sœurs dirigeant leur royaume d’une main de fer, mais surtout aux intentions pour le moins douteuses.
Liam et Eléa sont-ils les enfants dont la vieille prophétie parle ? Si oui, vont-ils choisir le bien ou le mal pour la réaliser ?

 

Absolument addictif ! C’est l’un des adjectifs qui, à mon sens, qualifient le mieux ce premier tome. Plongez dans un univers fantastique et original et suivez les aventures de ces jumeaux au caractère bien trempé. Une écriture accessible à tous les types de lecteurs, de l’action et du suspense à foison, c’est LA nouvelle série fantastique à suivre de très près. À partir de 12 ans.

 

Les pierres de fumées ; Tome 1 La prédiction d'Éric Boisset
Magnard Jeunesse, 2015
16,90€

 

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2015 2 28 /07 /juillet /2015 12:30

Yann Darko a d'abord été journaliste avant de devenir écrivain pour la jeunesse. Et pour un premier opus, c'est plutôt réussi !


Qui se cache derrière le masque de Chat Noir, célèbre voleur aux griffes de métal ? Pour certains, c'est un justicier, pour d'autres un malfaiteur. Toujours est-il que le Seigneur des Deux Brumes offre une forte récompense à qui attrapera ce personnage mort ou vif !
Pour Sacha, fils du Forgeron du village, c'est une occasion à ne surtout pas rater : quoi de mieux pour gagner le cœur de la fille du baron, la belle Phélina ? Mais au jeu du chat et de la souris, qui sera le vainqueur ? Quand le jeune garçon découvre la véritable identité de Chat Noir, il est trop tard pour faire marche arrière... Aidé de son ami Cagouille, toujours prêt pour l'aventure et plein d'humour, le voilà embarqué dans une grande et mystérieuse aventure !


La légende de Robin des bois revisitée et rajeunie ? On adhère totalement ! Une écriture agréable (et pas de traduction !), un vocabulaire simple mais soutenu, pour une lecture fluide et plaisante. De plus, l'histoire, pleine de rebondissements, d'humour et d'aventure, nous emporte dans le monde du Moyen-Âge de façon très ludique !
En bonus, retrouvez tout l'univers de Chat noir sur un blog dédié !

 

À partir de 11 ans, 10 ans bon(s) lecteur(s).

 

 

 

 

Chat noir ; Tome 1 Le secret de la tour Montfrayeur
Chat noir ; Tome 2 Le naufragé de l'île maudite
de Yann Darko
Gallimard jeunesse, 2014
11,90€

Partager cet article

Repost0
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 12:30

Quoi de mieux que de présenter un roman se terminant à la Garden Party de l'Élysée un 14 juillet ? Avec Les petites Reines chez Sarbacane, Clémentine Beauvais nous régale et nous offre LE roman de l'année 2015 !

 

Cette année, Mireille est élue Boudin de Bronze de son lycée. Quelle horreur ! Quelle nouvelle insupportable ! Elle qui avait décroché le titre de Boudin d'Or les deux dernières années, la voici subitement rétrogradée ! En même temps, elle doit bien avouer qu'Astrid et Hakima (respectivement Or et Argent) méritent largement leur place... Les jeunes filles vont se rapprocher et réaliser qu'elles ont toutes trois une excellente raison de se rendre à la Garden Party de l'Élysée. Qu'à cela ne tienne ! Elles enfourchent leurs vélos et partent en périple de Bourg-en-Bresse jusqu'à Paris ! Et sur la route, elles vendront des boudins, histoire de s'autofinancer !  Elle sont loin de se douter que ce voyage fera la Une de toute la presse française...

 

Mon père est franco-allemand. Pour préserver son anonymat, surnommons-le Klaus Von Strudel. Professeur à la Sorbonne, à Paris, Klaus écrit des livres de philosophie. Il fut aussi le directeur de thèse de ma mère, et il l'a fort bien dirigée, apparemment, puisqu'elle s'est retrouvée enceinte de ma personne. Hélas, leur relation était vouée à rester clandestine ! Car Klaus était à l'époque - et il l'est d'ailleurs toujours - le mari d'une personne dotée d'un énorme potentiel. La preuve, cette personne est depuis deux ans Présidente de la République de notre beau pays la France. Nous l'appellerons pour simplifier Barack Obamette.

 

Revanche des moches sur le culte de la beauté physique, grosse rigolade contre déprime, amitié contre solitude, ce road trip est libérateur. Certes, la vraisemblance n'est pas toujours au rendez-vous mais les personnages sont tellement bienveillants et attachants qu'on ne peut que s'immerger dans cette histoire fantaisiste. Les trouvailles de langage et l'humour mordant de Mireille sont un régal. Une critique sociale et de la presse survole le parcours de ces "petites reines" en filigrane. Une lecture intelligente bien que fraîche et revigorante ! Dès 12 ans.

 

Les petites Reines de Clémentine Beauvais
Éditions Sarbacane, 2015
15,50€

Partager cet article

Repost0
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 12:30

Les Grandes Personnes, c'est une maison d'édition fondée en 2009 par Brigitte Morel, anciennement éditrice au Seuil Jeunesse et aux éditions du Panama. Souvenez-vous, nous vous en avions déjà parlé ! En partenariat avec Gallimard, elle a pour but de revaloriser les grands titres publiés par Panama, aujourd'hui épuisés, et de continuer dans la même politique : de grands albums richement illustrés et travaillés, des livres-créatifs et originaux et des romans forts, aussi bien par l'écriture que par l'histoire.
C'est aux romans que nous allons particulièrement nous intérésser dans cet article ! En voici deux, gros coups de cœur !

 


Une tortue qui déclame du Shakespeare ?

Élisa, jeune venitienne, vit paisiblement avec sa mère. Elle rend quasiment tous les jours visite à sa grand-mère, qui habite la Celestia, petit quartier non loin de sa maison. Très complices, les deux femmes se prennent au jeu de répèter des passages du théatre de Shakespeare. Mais au fil des jours, le comportement de la grand-mère devient de plus en plus étrange : elle se transforme en tortue... Faut-il prévenir la mère ou bien protéger la grand-mère ? Et comment affronter cette transformation ?

Tout d'abord très intriguée par le titre, je me suis plongée avec beaucoup de bonheur dans ce court roman d'une grande sensibilité. Cette fable très poétique aborde des thèmes forts comme la mort mais aussi la force de l'amour et de l'imagination à travers ce secret de la transformation de la grand-mère. Le petit plus, c'est une écriture très douce et recherchée, qui nous plonge dès les premières pages dans Venise et nous fait voguer à travers cette ville si atypique.
Un gros coup de cœur à mettre dans toutes les mains de 13 ans à 99 ans.

 

Aldabra, la tortue qui aimait Shakespeare de Silvana Gandolfi
Les Grandes Personnes, 2014
13,50€

 

 

Vent de panique dans le domaine de la finance ?

Oliver, 10 ans, rêve d'avoir un chien. Mais pas n'importe lequel : celui de la vitrine de l'animalerie devant laquelle il passe tous les jours. Histoire classique me direz-vous ! Mais voilà que sa vie se complique un peu... Ses parents, propriétaires d'une grande banque, ne veulent pas entendre parler d'un chien. Quand un soir, Nancy, l'ancienne gouvernante d'Oliver kidnappe ce fameux petit chien et menace de l'exécuter si une rançon de 11 000 dollars ne lui est pas versée d'ici la fin de la semaine (somme qu'elle aurait perdue sur conseils de ses parents). Oliver décide de relever le défi. Mettant à profit ses très modestes connaissances en finance et sa grande générosité, le voilà embarqué dans une aventure loufoque où se croiseront, entre autres, 16 dromadaires, un trader de cour de récréation nul en maths,...

Voici un sujet bien original et qui semble, au premier abord, complexe pour les enfants : la finance. Et pourtant, Moris Gleitzman réussit brillament le pari, un peu fou il faut dire, de l'expliquer à travers l'histoire d'Oliver, avec beaucoup de pédagogie, mais aussi juste ce qu'il faut d'humour et de situations décalées. Plongez avec notre héros dans des aventures rocambolesques, riches en calculs en tous genres et surtout d'humanité (et d'animalier) !
À partir de 11 ans.


Temps de chien pour les requins de Moris Gleitzman
Les Grandes Personnes, 2013
14,50€

 

Partager cet article

Repost0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 12:30

Mercredi 3 juin 2015 sort une pépite de la littérature jeunesse. Vous rêvez de savoir ce qu'est une esperlune ? Vous vous demandez comment une héroïne peut se faire assassiner et survivre ? Vous vous êtes toujours questionné sur la vie dans un cachot ? Ou, tout simplement, vous avez envie de lire un excellent roman ? Plus de doutes, De cape et de mots est fait pour vous !

 

Serine aime écouter son père lui lire des romans et invente des histoires pour ses plus jeunes frères depuis sa plus tendre enfance. Mais lorsque son père meurt, sa mère décide de la marier. Elle refuse et fuit vers la cour de la Reine, espérant à tout prix se faire engager comme demoiselle de compagnie. Elle y arrive mais devient très vite la risée de la cour. En effet, difficile pour elle de garder sa langue dans sa poche et de faire bonne figure avec son air de paysanne. Sans compter le Secrétaire du Roi qui est persuadé qu'elle manigance quelque chose. Fort heureusement, Serine a plus d'un tour dans son sac ! Et si ses mots étaient sa meilleure arme ?

 

Entre une héroïne très maline, des bourreaux au cœur tendre et une reine acariâtre, Flore Vesco réussit à créer un univers historiquement fiable et terriblement plaisant. Jouant avec les mots, elle se moque de cette époque, reprenant ses coutumes et ses complots. Une écriture fluide et saisissante, des personnages complexes et un humour intrépide, De cape et de mots est une excellente analyse de la vie à la cour mais une lecture exigeante ! Une dédicace est en cours d'organisation pour la fin d'année 2015... D'ici là, n'hésitez plus ! Achetez-le, lisez-le et adorez-le comme nous ! À partir de 12 ans (mais aussi pour adultes !).

 

Petit bonus : je vous invite à admirer la superbe couverture de Charlotte Gastaut !

 

De cape et de mots de Flore Vesco
Éditions Didier Jeunesse, 2015
14,20€

 

Partager cet article

Repost0

L'emile

  • : Le blog de la Librairie L'Emile
  • Le blog de la Librairie L'Emile
  • : Toute l'actualité de l'Emile, la librairie de la jeunesse et des écoles, à Paris ! Actualité en littérature jeunesse Nouvelles collections en papeterie 01.45.75.16.15
  • Contact

Actualités

La librairie ouvre :

- de 8h à 19h du lundi au vendredi

- de 10h à 19h le samedi

Droit d'auteur

Les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des maisons d'édition et toute reproduction ou utilisation non autorisée est passible de poursuites pénales.