Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 12:35

Fondée il y a un peu plus d’un an maintenant, Rue de sèvres est la nouvelle maison d’édition de bandes-dessinées à suivre de très près ! Rattachée aux éditions L’école des loisirs et créée par Louis Delas (fils du fondateur de cette même maison d’édition et précédemment directeur général des éditions Casterman), elle fait le choix de proposer des titres de qualité aussi bien pour les adultes que pour les enfants. Quant à Alex Alice, déjà célèbre pour sa trilogie de bande-dessinée Siegfried (pour adultes), il revient en proposant cette fois-ci une histoire tout public, avec un premier tome paru en septembre 2014.

 

Au XIXe siècle, d’intrépides explorateurs repoussent sans cesse les limites de l’inconnu. Avides de nouvelles découvertes, ils tournent leurs regards vers le ciel et les étoiles… 1869, Nord de la France. Un an après la mystérieuse disparition de la scientifique Claire Dulac, le jeune Séraphin et son père reçoivent le carnet de recherches de cette dernière et échappent de justesse à une tentative d’enlèvement dictée par des Prussiens. Seraient-ce les recherches sur l’éther de Claire Dulac qui intéressent ces sombres individus ? Nos héros vont devoir partir jusqu’au château du roi Ludwig de Bavière, où des voiles se lèveront, mais où d’autres mystères s’épaissiront. Quels seront-ils ?

 

Une histoire pour le moins originale, des dessins splendides, des personnages attachants, cette nouvelle série est à lire absolument et mérite d’être suivie ! En refermant ce livre nous n’avons qu’une envie : partir nous aussi sur les traces de ces explorateurs du ciel, et s’intéresser aux sciences de l’air. Alex Alice a su dès les premières pages happer le lecteur et le rendre totalement accro aux balades célestes ! Vivement la suite !

À partir de 10 ans.

 

 

1868... Le temps de l'industrie, l'âge du progrès. Des glaciers de l'Antarctique au cœur de l'Afrique, d'intrépides explorateurs repoussent sans cesse les limites de l'inconnu. À présent, c'est au-delà du bleu du ciel, là où le froid glace le souffle, là où l'air disparaît... que le mystère commence.

 

Le château des étoiles, Tome 1 1869 : La conquête de l'espace
Alex Alice
Rue de Sèvres, 2014
13,50€

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 12:30

Après avoir écrit des scénarios pour le cinéma, Richard Kurti nous offre son tout premier roman, à destination des adolescents, sur le thème du totalitarisme et de sa montée chez les singes, inspiré d'un fait réel.

 

Dans un vieux cimetière de Calcuta, les singes Rhésus vivent heureux au milieu des fruits abondants et des offrandes des humains. Quand soudainement, une armée de singes Langurs, le clan ennemi, va venir bouleverser ce havre de paix. Elle attaque le lieu et massacre les pacifiques Rhésus. Une poignée de survivants parvient à s’échapper. Parmi eux, Papina et sa mère. Elles errent dans la ville, avant de trouver une nouvelle sérénité dans le jardin d’un temple dédié à Hanuman, le dieu singe, avec d’autres réfugiés. Mico, lui, est un Langur, le clan des vainqueurs. Mais devant tant de violence et de sang répandu, ses convictions sont ébranlées. Va-t-il choisir d'apprendre à réfléchir par lui-même ou préférera-t-il suivre le nouveau chef dans ses idées de plus en plus strictes ?

 

À partir d'un simple fait divers ayant eu lieu en 2007 à Calculta, Richard Kurti arrive à démontrer la montée du totalitarisme et ses effets sur un groupe à travers des communautés de singes. Cette histoire, parfois un peu violente dans les paroles ou les actes mais très bien écrite, permet de prendre conscience de l'importance de la réflexion et de la discussion. Un roman à mettre entre toutes les mains à partir de 14 ans, aussi bien pour ceux qui veulent de l'aventure que pour ceux qui recherchent une histoire qui fait réfléchir sur le monde qui nous entoure.
Un gros coup de cœur.

 

La guerre des singes de Richard Kurti
Thierry Magnier, 2014
18,80€

Partager cet article

Repost0
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 12:30

Jamie Thomson est un auteur anglais, célèbre pour des séries fantasy pour adultes mais aussi et surtout pour la série des Dark Lord (dont le premier tome est paru en France en octobre 2014). Il a reçu en 2012 le prix Roald Dahl pour cette même série !

 

Après une chute vertigineuse et inexpliquée sur un parking de supermarché, Dark Lord, Seigneur des Ténèbres venu du monde des Terres obscures, se retrouve coincé dans notre monde. Réincarné dans la peau d’un jeune garçon de 13 ans, va-t-il réussir à retrouver ses pouvoirs et faire régner la terreur sur notre monde ?


Dès les premières lignes, impossible de ne pas rire face aux paroles de ce personnage, si démoniaque mais tellement drôle par l'absurdité de sa situation. Sa quête du pouvoir et son ignorance du monde où il se trouve ne font que renforcer l’accroche de l’histoire et l’attachement aux différents personnages qu’il va rencontrer. De plus, les nombreuses références au monde du Seigneur des anneaux sont très accessibles à la fois aux plus jeunes et aux plus grands.


À mettre dans toutes les mains à partir de 12 ans !

 

Dark Lord ; Un démon au collège de Jamie Thomson

Seuil Jeunesse, 2014

13,50€

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2014 2 30 /09 /septembre /2014 12:30

Ghostbusters fait partie de ces films qui ont marqué toute une génération. Quoi de plus normal que de lui rendre hommage 30 ans après sa sortie ? C'est ce qu'a fait Jonathan Stroud avec cette nouvelle série Lockwood & Co. Comédie surnaturelle absolument délicieuse, elle se place dès sa sortie en best-seller de la littérature jeunesse.

 

Depuis 50 ans, Londres est en plein trouble. Des fantômes se manifestent la nuit, s'introduisent dans les maisons et font régner la terreur. C'est ce que l'on a surnommé "le Problème". Fait étrange, les personnes les plus à même de les sentir, et donc de les exterminer, sont de très jeunes adolescents ayant un don. Lucy fait partie des plus talentueux. Engagée dans l'agence du déjanté Anthony Lockwood, elle va se retrouver à combattre un Spectre très dangereux dans un manoir sinistre et isolé. Armés de chaînes, de magnésium et de sel, leur aventure va commencer. Enfin... après une bonne tasse de thé !

 

Humour, péripéties, suspense, paranormal : tous les ingrédients sont réunis. Les personnages sont terriblement attachants, en particulier Lockwood dont on verrait presque le sourire moqueur. L'univers est bien construit, les Spectres font frémir, on ne peut s'empêcher de dévorer avidemment ce premier tome. Une très belle réussite à ne pas laisser passer ! Dès 12 ans.

 

"- Si ça bouge déjà, ça promet de devenir intéressant. il est quelle heure, à ton avis ?
Posséder une montre avec un cadran lumineux est ma troisième recommandation. Si elle peut supporter les chutes de température brutales et les violents chocs ectoplasmiques, c'est encore mieux.
- Il n'est pas cinq heures, dis-je.
- Très bien. (Les dents de Lockwood ne sont pas aussi lumineuses que ma montre, mais quand il sourit, la lutte est serrée entre les deux.) On a largement le temps de boire une tasse de thé. Ensuite, nous partirons à la chasse au fantôme."

 

 

Lockwood & Co ; L'escalier hurleur de Jonathan Stroud
Albin Michel Wiz, 2014
15,90€

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 12:30

Cette année, Anne-Laure Bondoux fait un cadeau monumental à la littérature jeunesse. Après 5 ans d'absence, elle nous offre un nouveau roman ado brillant, brûlant, incontournable : Tant que nous sommes vivants. En y mettant "des images fortes, la musique d'une langue personnelle, un vaste paysage imaginaire, mystérieux et intemporel", elle nous invite au voyage, à la réflexion et à la liberté. 

 

Hama travaille à l'usine. Un jour, l'homme qui prend sa relève change et elle rencontre Bo, l'étranger. Entre eux, c'est le coup de foudre immédiat. Mais après l'explosion de l'usine, Bo, stigmatisé et pointé du doigt, doit fuir. Commence alors un périple merveilleux, aux frontières de nouveaux territoires et aux rencontres inoubliables. Un bébé, un peuple souterrain, une île isolée, la guerre. Beaucoup d'épreuves les attendent. Trouveront-ils enfin la paix et le bonheur quelque part ?

 

Plusieurs histoires cohabitent dans ce récit, plusieurs pans de vie. Sur fond de quête des origines et de fuite perpétuelle, Anne-Laure Bondoux y illustre les transformations, les métamorphoses d'une vie. Elle décrit le feu par la forge, par le plomb, par le désir. Un roman brûlant, oui, et une histoire universelle qui prouve - si tant est qu'il soit à prouver - le talent de cette auteure. Un roman d'amour incontournable. Dès 13 ans.

 

"Nous attendions quelque chose, mais nous ne savions pas quoi.
Ceux qui travaillaient encore se levaient chaque matin aussi fatigués que la veille, et s'endormaient chaque soir sans révolte. Telles des bêtes engourdies par le froid, nous retenions notre souffle et les battements de nos cœurs : nous ne vivions plus qu'à moitié.
Pourtant, au milieu du renoncement général, certains eurent l'audace de tomber amoureux. Les plus fous d'entre eux s'aimèrent.
Bo et Hama furent de ceux-là.
Les témoins de leur rencontre s'en souviennent, demandez-leur : ils vous raconteront alors l'étrange impression qui s'empara de tous, lorsque Bo entra, un matin d'hiver, dans la salle des machines.
"

 

Tant que nous sommes vivants d'Anne-Laure Bondoux
Gallimard Jeunesse, 2014
15€

 

Partager cet article

Repost0
27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 13:11

Parmi tous les auteurs phares de la littérature jeunesse française trône Erik L'Homme que je n'avais (honte à moi) jamais lu jusque là. Autant vous le dire tout de suite, ma rencontre avec sa plume fut un coup de foudre. Dans ce premier tome de Terre-Dragon, il met en scène un monde complet et un univers passionnant.

 

 

 

La jeune Sheylis, apprentie sorcière, est chassée de son village car elle porte le Mauvais-Oeil. Sa route va croiser celle d'Ægir, le garçon à la peau d'ours, échappé de la cage qui le retenait prisonnier depuis bien longtemps. Sans le vouloir, elle va unir leurs destins grâce à un puissant sortilège. Ægir, accompagné de Doom et Gaan va traquer Sheylis jusqu'aux frontières de Terre-Dragon. Une épopée est sur le point de commencer...

 

 

 

 

 

Véritable introduction de la trilogie, ce premier tome pose les personnages, le décor et l'intrigue. On se laisse prendre, avec régal, on avale le roman, on souhaite ardemment la suite. Un premier tome très prometteur nous laissant tout de même sur notre faim.

Dès 11 ans.

 

"- Je m'appelle Ægir. Ceux qui me pourchassent me surnomment Peau d'Ours.
Il était poursuivi lui aussi ! Elle tressaillit.
- Moi, c'est Sheylis, répondit-elle, avant d'hésiter et de continuer : Et moi aussi, on me pourchasse. D'où je viens, on me surnomme Mauvais-Oeil.
- Finalement, articula Ægir, je ne m'en tire pas trop mal, avec Peau d'Ours..."

 

Terre-Dragon, Tome 1 Le souffle des pierres d'Erik L'Homme
Gallimard Jeunesse, 2014
11,50€

 

 

Partager cet article

Repost0
22 août 2014 5 22 /08 /août /2014 12:23

Meg Rosoff est de ces auteurs qui ne nous déçoivent jamais. Et pourtant, après Maintenant, c'est ma vie (roman qui m'a donné envie de devenir libraire jeunesse), être à la hauteur n'était pas chose aisée. Au bout du voyage, c'est une histoire simple, un concentré d'émotions et un roman qui bouleverse.

 

 

 

Mila part en vacances avec son père chez un ami d'enfance de celui-ci, Matthew. Or, peu de temps avant le départ, ils reçoivent un coup de téléphone : Matthew a disparu. Pour Mila, c'est l'occasion de mettre son talent à l'épreuve. Elle lit le monde qui l'entoure avec une facilité déroutante. Tel un Sherlock Holmes moderne, elle va collecter les indices et essayer de résoudre l'enquête. Ce road-trip jusqu'à la frontière canadienne va pourtant prendre un tour étrange... Mila va en apprendre bien plus sur son père que sur Matthew...

 

 

Pourtant sans lien avec la vie de l'auteure, ce roman est profondément intime. On passe 270 pages dans un simili huis-clos entre Mila et son père, se sentant presque de trop, presque voyeur. Néanmoins, ce sentiment d'être dans la confidence renforce notre envie de toujours en savoir plus, de s'approprier cette histoire et de la vivre avec Mila. Un roman fort, à part, une perle.

Dès 13 ans.

 

"Je m'entends bien avec mon père, nous formons une bonne équipe. Comme mon homonyme, Mila la chienne, j'ai une conscience aiguë des lieux où je me trouve et de ce que je fais à tout moment. Guère encline à la rêvasserie, j'ai un peu la détermination d'un terrier. S'il y a quelque chose à remarquer, c'est moi qui le remarque en premier.

Je suis douée pour résoudre les énigmes.

Mes bagages sont presque bouclés lorsque Marieka vient m'informer que Gil et elle ont décidé que je partirais quand même. Moi, je suis déjà en train d'organiser les indices dans ma tête, d'examiner les possibilités, de chercher une théorie."

 

Au bout du voyage de Meg Rosoff
Albin Michel Wiz, 2014
13,90€

 

Sortie le 27 août 2014

Partager cet article

Repost0
11 août 2014 1 11 /08 /août /2014 12:30

Élise Fontenaille a écrit de nombreux romans, pour adultes, adolescents et même quelques titres de science-fiction. Son dernier livre est magique. Elle nous offre l'histoire d'un garçon, d'une Martienne, d'un rat et d'un street artist. Le garçon est lycéen, et s'appelle Darwin. Il vit avec sa mère chauffeur de taxi, Ophélie, en banlieue de Paris, aime la cuisine et réaliser des films. La Martienne, c'est Eva, mystérieuse fille de sa classe dont il s'est épris. Le street artist, c'est bien sûr Banksy. Le rat, et bien c'est Banksy aussi ! Tous les quatre forment une alliance, au service des inégalités, et tentent, sinon de les réparer, de les notifier à la hauteur de leur pouvoir.

 

Tout commence avec un mur en parpaings gris qui envahit le paysage : juste en face de la fenêtre du salon, il désole Ophélie, ce qui désole Darwin. Jusqu'au jour où... le mur est tagué ! Pas de vulgaires inscriptions, non, une fresque ! Magnifique et imposante, elle ressemble drôlement aux travaux de Banksy, que Darwin découvre suite à ça. Quand il parle à Eva pour la première fois, c'est pour partager ses nouvelles connaissances. Tous deux passionnés, ils vont débuter une chasse aux endroits victimes d'expulsions pour laisser leur marque, et essayer de faire de ces lieux des mémoriaux, tout en célébrant le street art.

 

 

On suit donc leurs aventures urbaines teintées de militantisme et de tendresse (aussi contradictoire que cela puise paraître). Ce livre est rempli de sentiments, et l'on est touché dès les premières pages.

 

 

"Le jour même, j'ai tout raconté à Eva, elle a sifflé entre ses dents :
- Eh ben, tu t’ennuies pas la nuit toi !
Je lui ai montré e film que j'avais pris, la chute de la petite, l'arrivée de Jibé, le Samu, son départ pour l'hosto...
Et puis là soudain, j'ai eu une idée :
- Eva, j'ai un service à te demander. Je sais pas dessiner, mais je voudrai laisser un trace dans les rues : à chaque endroit où une expulsion a eu lieu, un truc crade... Toi qui dessines comme tu te mouches, tu pourrai me faire un pochoir ?
Elle a hoché la tête.
- T'as pensé à un dessin précis ?
- Ouais : un rat."

 

Dès 13 ans !

 

Banksy et moi d'Élise Fontenaille
Le Rouergue, 2014
9,20€

Partager cet article

Repost0
29 juillet 2014 2 29 /07 /juillet /2014 12:30

Partant du simple principe que toutes les littératures sont imaginaires, les éditions Scrinéo se font petit à petit leur place en jeunesse. Et, en particulier, grâce à leur volonté de toujours apprendre quelque chose à leurs lecteurs. Ici, c'est à un auteur déjà confirmé, Luc Blanvillain, qu'elles se sont associé pour enseigner aux jeunes les dangers d'Internet. À travers une aventure aussi drôle que périlleuse, le challenge est relevé !

 

Fabien est ravi ! Ses parents lui annoncent leurs vacances à Rome. Malheureusement, il déchante vite : ils partent sans lui... Comme chaque année, ses vacances d'été s'annoncent donc des plus moroses, coincé chez sa grand-mère à Morlaix, à enchaîner les randonnées. Jusqu'au jour où cette dernière lui ramène un vieil ordinateur à réparer... Et en plus, il est habité par un génie capable de modifier la réalité grâce au copier-coller ! Les possibilités semblent soudain infinies ! Fabien va pouvoir échapper aux randos, ou encore, perfectionner au maximum sa rencontre avec la jolie Daphnée... Malheureusement, Fabien n'a aucune conscience du danger et serait prêt à tout pour épater sa camarade... Surfer dans la vie comme sur Internet apporte son lot de problèmes...

 

Des personnages très réalistes, un thème porteur et un génie totalement loufoque : l'association est parfaite ! On ne peut que rire aux mises-en-garde sans cesse énoncées par le génie et sans cesse éludées par Fabien, sans toutefois les oublier nous-mêmes. De plus, Mélody Mourey nous offre en post-face un petit dossier récapitulant les principaux virus, leurs actions et le meilleur moyen de les éviter. En bref, un roman pédagogique et réussi ! Dès 11 ans !

 

Un homme corpulent était assis sur le lit.
A priori, il ne paraissait pas menaçant. Pas du tout, même. Il portait un tee-shirt avachi, un peu court, qui laissait entrevoir sa bedaine blanche et poilue. Sa barbe de trois jours et ses cheveux gras lui donnaient un air négligé, que confirmait l'odeur de transpiration qui flottait autour de lui. (...)
- C'est toi qui m'as libéré. Tu es mon maître.
Le mot "maître" mit en marche quelques rouages, au fin fond du cerveau de Fabien. C'était un jeu. Un jeu 3D, hyperréaliste. Quand il avait relancé la machine, la partie interrompue par le bug avait repris à l'endroit où le précédent propriétaire l'avait laissée.
- Je suis le génie de l'ordinateur, bâilla l'homme, qui se leva lentement.

 

Wifi-génie : une aventure de F@abien Dot.com de Luc Blanvillain
Scrinéo, 2014
10,90€

Partager cet article

Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 12:30

Brian Selznick n'est plus à présenter : le père d'Hugo Cabret est connu et reconnu depuis l'adaptation de son chef d'œuvre au cinéma !


Black Out est sorti en 2012. Et c'est un roman spécial. Parce qu'il aborde un thème inhabituel, et parce que l'on suit deux personnages en parallèle, sous deux formes différentes : une histoire est mise en mots et l'autre en image. Ben vit dans les années 1970 chez ses cousins depuis la récente mort de sa mère. Il va devenir sourd après avoir été frappé par la foudre. Rose, elle, vit soixante ans plus tôt et est sourde de naissance. Lorsque les deux enfants vont comprendre que leur vie les attend à New-York, ils vont s'y rendre sans détours. La ville de toutes les passions saura-t-elle répondre à leurs questions ?

Vous l'aurez compris, ce roman aborde la question de la surdité. Comment vivre avec, comment se faire comprendre et comprendre le monde qui nous entoure. Brian Selznick s'est beaucoup renseigné avant d'écrire son livre et cela se sent dans l'écriture. Ses dessins sont frappants de réalisme et quand on ne tourne pas les pages toujours plus vite pour connaître la suite de l'histoire, on s'y attarde longuement avec plaisir.

 

 


Ajoutez à cela une passion pour les curiosités : petits objets que l'on conserve, qui constituent un petit musée personnel. La mère de Ben était bibliothécaire, il a lui-même une boite remplie de ces curiosités, et lorsqu'il se perd dans New-York, il se retrouve dans un musée. Pas vraiment un hasard... Détails fourmillants qui ajoutent une préciosité à l'histoire. Rose quant à elle s’intéresse beaucoup à une artiste, qu'elle va jusqu'à rencontrer en coulisses...
 


Black Out, est définitivement un bijou, emprunt de poésie et d'histoire à lire dès 12 ans.

 

Black Out de Brian Selznick
Bayard Jeunesse, 2012
16,90€

 

Partager cet article

Repost0

L'emile

  • : Le blog de la Librairie L'Emile
  • Le blog de la Librairie L'Emile
  • : Toute l'actualité de l'Emile, la librairie de la jeunesse et des écoles, à Paris ! Actualité en littérature jeunesse Nouvelles collections en papeterie 01.45.75.16.15
  • Contact

Actualités

La librairie ouvre :

- de 8h à 19h du lundi au vendredi

- de 10h à 19h le samedi

Droit d'auteur

Les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des maisons d'édition et toute reproduction ou utilisation non autorisée est passible de poursuites pénales.