Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2018 5 01 /06 /juin /2018 12:30

 

Nouveau venu de la collection 1000 pages chez Glénat, ce roman graphique est un ovni, d'un genre indéfinissable. Entre initiatique et dramatique, il nous conte une histoire de fantôme et de quête de soi.

 

 

Louison comme tous les étés se rend chez sa grand mère pour y passer ses vacances, avec sa grande sœur et ses cousines. Seulement voila, cette année l'écart d'âge entre elle et les autres filles de la famille se fait sentir, elles deviennent adultes tandis qu'elle est encore coincée dans l'enfance. Résultat, elle se sent rejetée et erre dans la maison avec sa grand mère jusqu'au jour où elle tombe nez à nez avec le fantôme d'une jeune fille de son âge, qui se trouve être sa grand-tante. Elles vont ainsi lier une amitié très forte, assez forte pour que cette dernière n'ai plus envie de la laisser partir... Tandis que les grandes passent leur temps entre plage, premières cigarettes, et premiers émois amoureux.

 

 

Ce roman graphique nous montre les difficultés à grandir et vieillir, du passage de l'enfance à l'adolescence, de la vieillesse et des troubles de mémoire et ce, dans l'atmosphère légère des vacances estivales en famille.

À lire dès 14 ans !

L'été fantôme de Elizabeth Holleville

Glénat, 2018

25 €

 

 

Partager cet article

Repost0
15 mai 2018 2 15 /05 /mai /2018 12:30

L'Espoir sous nos semelles est le premier roman d'une nouvelle auteure très prometteuse : Aurore Gomez. À la fois roman d'aventure, roman d'amour et roman d'apprentissage, cette publication des éditions Magnard Jeunesse nous a fait ressentir toutes sortes d'émotions et nous tenions à les partager avec vous.

 

Depuis le décès de sa mère il y a quelques années, Juno est plus ou moins devenue la maîtresse de maison. Son père s'enfonce dans la dépression et elle a dû abandonner les études afin de subvenir à ses besoins ainsi qu'à ceux de ses frères et sœurs. 

 

Alors que la situation ne fait que s'aggraver, Juno découvre un prospectus proposant de s'inscrire au célèbre "trek du Pownal" : la traversée en solitaire d'une chaîne de montagne permettant au vainqueur de remporter une somme de 150 000 dols.

 

La jeune femme voit dans cette compétition le seul moyen de sauver sa famille et décide donc de se jeter dans l'inconnu. Commence alors une ascension hors-norme où Juno se retrouve seule face à elle-même et aux autres. L'occasion ou jamais de découvrir qui elle est et ce qu'elle veut vraiment.

 

La jeep longe le chemin chaotique depuis plus d'une heure déjà. La petite route en terre n'en finit pas de s'enrouler comme un serpent entre les troncs. Je jette un coup d’œil au chauffeur dégoulinant de sueur, bien contente que les bruits du moteur empêchent toute tentative de discussions. De ma main gauche, je tâte le sac à dos calé sur la banquette arrière. 

Il sera ma maison pendant les quarante prochains jours (...)

Je resserre ma queue-de-cheval et tente de discipliner les mèches rebelles. Tout autour de nous les arbres, les feuilles, les hautes fougères vert clair sont secoués comme en pleine tempête.

La forêt tremble, et moi avec. 

 

Une chose est sûre : l'Espoir sous nos semelles porte très bien son titre ! Avec une situation initiale plutôt triste, l'aventure de Juno aurait pu être bien différente mais il n'en est rien. Dans son roman, Aurore Gomez réussit à mettre en avant les petits "riens" de tous les jours qui pourtant sont parfois les petits "tout" qui mènent à l'espoir et au bonheur. Ainsi, l'auteure signe un roman réaliste mais surtout très optimiste.

 

Avec une écriture juste, un scénario bien mené jusqu'à la toute fin et une couverture plus que magnifique, lire l'Espoir sous nos semelles est un réel plaisir dont personne ne devrait se priver ! Dès 13 ans. 

 

L'Espoir sous nos semelles d'Aurore Gomez

Magnard Jeunesse, 2018

15,90€

Partager cet article

Repost0
24 avril 2018 2 24 /04 /avril /2018 12:35

Franchissez les portes d'Hazel Wood, là où toutes les histoires ne se terminent pas par "Ils vécurent heureux..."

 

 

Depuis aussi longtemps qu'elle s'en souvienne, Alice a toujours fuit. Avec sa mère Ella, elles vivent en nomades, constamment sur la route, et hébergées chez des connaissances, jusqu'à ce que le mauvais sort les rattrape et les oblige à repartir.

Cette malchance semble être étroitement liée à sa grand mère, qui n'est autre qu'Althea Proserpine, auteur à succès des "Contes de l'Hinterland", qu'Alice n'a jamais rencontrée et de qui sa mère la toujours tenue à l'écart, l'empêchant même de lire son livre.

Mais alors qu'elles apprennent la mort d'Althea, le destin semble enfin s’éclaircir devant elles et les mauvaises surprises se font de plus en plus rares...

Jusqu'à ce que la mère d'Alice disparaisse avec pour seul message "Ne t'approche sous aucun pretexte d'Hazel Wood", qui se trouve être la dernière demeure connue de sa grand mère.

 

 

"Finch était presque aussi petit et maigre que moi et son énergie crépitait autour de lui comme une aura. Il avait les cheveux en bataille et ses yeux bruns, plus clairs que la couleur de sa peau, qui bougeaient vite et regardaient partout. Il s'habillait un peu comme sur les vieilles photos de Bob Dylan : chaussures de travail et pantalons taille haute. Par quel miracle son pantalon d'uniforme montait aussi haut, ça, c'était un mystère.

Tout cela ne m'aurai fait ni chaud ni froid sans un détail gênant : Il savait qui j'étais."

 

 

L'intrigue se situe pendant longtemps à la frontière entre l'imaginaire et le réel, pour finir sur une fantasy sombre mais passionnante. Les personnages sont attachants, avec un vrai fond et une histoire qui leur est propre. De plus, le roman est truffé de références à la pop culture et l'intrigue fondée notamment sur un livre ravira les lecteurs passionnés.

Car qui mieux que nous, amoureux de littérature, peut comprendre cette obsession autour des Contes de l'Hinterland ...

Un vrai coup de cœur, à lire dès 14 ans !

 

 

 

Hazel Wood de Melissa Albert

Milan, à paraître le 25 avril 2018

17.90€

 

Partager cet article

Repost0
13 avril 2018 5 13 /04 /avril /2018 12:30

Après nous avoir fait découvrir l'enfance et le parcours de la célèbre scientifique Marie Curie, Albin Michel Jeunesse continue dans sa lancée. Cette fois-ci, c'est Fabrice Colin (Wonderpark, Trois frères en finale) qui se prête au jeu et nous fait découvrir la jeunesse d'une autre grande femme française : Simone Veil. 

 

 

 

Simone est une petite fille comme les autres. Elle habite à Nice entourée de ses soeurs qu'elle adore, de son père qu'elle prend plaisir à embêter et de sa mère qui, pour elle, représente plus que tout au monde.

Jeune fille innocente, Simone va grandir et assister impuissante à la lente chute de sa famille face aux difficultés de la vie ainsi qu'à celle de la France face à l'envahisseur.  En effet, Simone est née dans une famille juive. Elle devra donc peu à peu renoncer à ses droits et à sa liberté : en 1944, un an avant la fin de la guerre, elle sera déportée. 

Enfermée dans un lieu destiné à annihiler l'espoir, Simone fera tout pour entretenir le sien et survivre.

 

Du calme. Tu es ici, mais ils sont ailleurs. Ils vont déménager. Ils vont fuir. Tu t'en sortiras. Tu t'en sors toujours. 

Elle ferme les yeux. Ses pensées s'égarent - des oiseaux fous dont on aurait ouvert la cage, et qui ne sauraient que faire de toute cette liberté. 

Elle pense à son bac. Qui ira chercher ses résultats ? Elle songe à ce Noël délicieux, il y a des siècles, où Denise et Milou étaient parties skier avec des amies en montagne, et où elle était restée seule avec sa mère. Elle se revoit, à la Ciotat, ses petites mains fermées sur les cordes de la balançoire. Plus haut. Plus haut ! Elle se rappelle cette amie, Sarah, douce merveilleuse Sarah aux parents si tristes, si rigides, Sarah venues de Pologne, et Éclaireuse comme elle, et oh, la fois où elles avaient trouvé ce faon blessé, dans la forêt, et comment elles s'étaient approchées à pas comptés, si douces et pénétrées d'une crainte respectueuse, que s'était-il passé ensuite, elle ne se le rappelle plus, elle...

-Simone Jacob.

La porte s'est rouverte. L'Allemand est là. Il pose une main sur son épaule. Son regard n'exprime rien. Il a l'air fatigué. 

- Vous allez rester ici. Avec Nous. (Il se tourne vers l'ami de Simone.) Vous, monsieur, vous pouvez rentrer chez vous. Avec toutes nos excuses pour le dérangement occasionné. 

Le garçon acquiesce, avec un mélange terrible d'embarras (pour elle), et de soulagement (pour lui). 

 

 

Rester debout est un roman très documenté et réaliste. Fabrice Colin livre une histoire poignante et aboutie, celle d'une femme comme les autres, une femme à la vie difficile et son combat pour la liberté et l'égalité des Hommes. 

En plus de son texte de qualité, le roman présente des choix éditoriaux intéressants. Par exemple, l'absence de pagination sur certaines pages permet d'accentuer le l'importance de ce qu'elles présentent. De plus, la sélection de lettres et de témoignages adressés à Simone Veil qui terminent ce récit mettent en avant l'importance qu'elle a pu avoir dans la vie de ses concitoyens. 

Rester debout est un roman percutant qui emmène son lecteur au cœur de la tourmente d'une époque et lui fait découvrir un destin exceptionnel, bien que difficile. Dès 13 ans. 

 

Rester debout de Fabrice Colin

Albin Michel Jeunesse, 2018

15€

Partager cet article

Repost0
16 février 2018 5 16 /02 /février /2018 12:30

Sarah Cohen-Scali est décidément très forte : quel que soit le genre dans lequel elle s'essaye, historique avec Max (Gallimard, 2012), thriller (Phobie, 2017), elle nous offre des histoires glaçantes, fascinantes et inoubliables ! Gingo est son dernier livre, publié dans la collection Électrogène, chez Gulf Stream. 

 

Imaginez : dans un futur proche, la population s'est séparée en deux à cause de protestations liées à l'usage intensif d'Internet et des réseaux sociaux, devenus de véritables outils de surveillance. D'un côté, une minorité de privilégiés vit dans une cité high-tech ultraprotégée et hyperconnectée ; ce sont les Blancs. De l'autre, les Bleus se sont complètement coupés des réseaux, mais se retrouvent exploités par les Blancs.

 

Dans la première partie du roman, nous suivons Jade, une Bleue qui désire ardemment un enfant. Mais ce sont les autorités blanches régulent les naissances. Évidemment, les Blancs n'utilisent plus des méthodes naturelles, préférant choisir leurs futurs enfants grâce à des simulations virtuelles qui anticipent toute leur vie (pratique quand on rêve d'une fille danseuse ou d'un garçon surdoué !). Jade va devoir se montrer irréprochable pour qu'on lui accorde le droit de concevoir. Mais quand elle entre au service d'une famille de Blancs, leur mode de vie régi par la technologie la révolte et elle perd ses chances d'avoir un enfant... 

 

« Son renvoi ne fut pas une surprise pour Jade, mais le refus de sa candidature à l'enfantement la plongea dans le désespoir. Elle s'enferma dans sa chambre trois jours durant. Pleurant. Sanglotant. Hurlant sa colère. Rabrouant Alban lorsqu'il se risquait à frapper à sa porte pour la consoler. 

Adopter ! Voilà ce à quoi elle était réduite. Comme si cela pouvait être une réponse à sa douleur, à la terrible frustration qu'elle éprouvait. Ainsi on la condamnait à devenir une de ces mères de substitution, ces femmes qui avaient l'air si malheureuses, constamment épuisées. Des fantômes de mères. Jade les avait observées lorsqu'il lui arrivait de passer à proximité du quartier qui leur était réservé. Un sous-ghetto dans le gigantesque ghetto de la Cité bleue. »

 

Vous vous demandez sûrement pourquoi ce roman s'appelle Gingo. Il s'agit du nom d'un personnage capital dans la seconde partie de l'histoire, qu'il convient de découvrir par soi-même. Il est difficile d'en parler sans trop en révéler ! Car, jusqu'à la dernière page, Sarah Cohen-Scali nous tient en haleine. Le monde futuriste qu'elle a inventé fait froid dans le dos.  Que ce soit par la surveillance constante des habitants, le contrôle implacable des naissances ou alors par les adoptions forcées, et elle n'a de cesse de nous en montrer ses dérives chapitre après chapitre. Cependant, tout n'est pas si sombre ; Gingo nous également que l'espoir demeure et que l'amour maternel, le plus fort de tous, peut changer le monde. En bref, c'est un livre marquant, à découvrir dès 14 ans.

 

Gingo, de Sarah Cohen-Scali

Gulf Stream « Électrogène », 2018

17,50  €

Partager cet article

Repost0
9 février 2018 5 09 /02 /février /2018 12:30

Cela fait maintenant un peu plus d'un an que nous ne vous avions pas parlé des éditions Milan Jeunesse, c'est donc l'occasion ou jamais de vous présenter une de leur dernière plateforme et un de nos derniers coup de cœur. Il s'agit de Page Turners, un label qui regroupe des romans pour adolescents, et de leur dernière sortie : L'Autre Sœur de Cylin Busby.

 

 

Sarah a disparu depuis quatre ans. Sa sœur Nico, ainsi que ses parents, essaient tant bien que mal de surmonter cette épreuve. Entre témoignages affirmant l'avoir vu en Arizona et identification de corps dans l'état de Washington, Nico n'a plus beaucoup d'espoir et est intimement convaincue que Sarah est morte. Mais un énième appel téléphonique va tout changer. 

 

En effet, Sarah est vivante, ils l'ont retrouvée. Son corps est couvert de nombreuses blessures et elle souffre d'une amnésie aiguë mais elle est prête à rentrer à la maison. Commence alors une période encore plus étrange que celle de la disparition pour Nico, celle du retour... Sarah est devenue gentille, aimante. Son comportement perturbe sa sœur ainsi que certains de ses anciens amis. Qu'a-t-il bien pu se passer pour elle durant ces longues années ? Et Sarah est-elle bien Sarah ?

 

 

Pendant que nous avancions dans le couloir en linoléum du foyer pour enfants, éclairé par des néons bleutés, je ne pensais qu'à ça : Comment mes parents accueilleraient-ils Sarah ? Allaient-ils l'étreindre ? Devrais-je faire pareil, avec cette fille qui ressemblait à ma sœur mais que je n'avais sans doute jamais enlacée ? Allions-nous tous nous précipiter vers elle et la serrer dans nos bras ? (...)

 

Maman serra la main de Papa sans un mot (...) Sur le simple couvre-lit rose se trouvait une adolescente, anguleuse, des cheveux raides châtain clair à hauteur d'épaule, vêtue d'un débardeur blanc, d'un jean et de tongs en plastique bon marché.

Elle leva les yeux, elle était maigre, assise comme une fillette, mais à l'état de sa peau et à son expression, on la devinait plus âgée. Avait-elle dix-neuf ans, ou trente ans ? C'est difficile à dire : elle avait le visage pâle et crispé, la peu tendue sur les os. Elle ressemblait à Sarah, mais déguisée. 

Son regard glissa sur moi. 

 

- Maman ? dit-elle tout bas.

 

 

L'Autre Sœur, inspiré d'une histoire vraie, est un roman qui fascine et qui pourtant fait parfois froid dans le dos.

Cylin Busby signe un récit passionnant sur la psychologie adolescente. Elle nous entraîne sans peine au cœur des pensées et des sentiments de la jeune Nico perturbée par ce retour plus qu'inattendu qu'elle ne souhaitait pas. Elle nous permet également d'imaginer et d'essayer de comprendre ce que peut-être la vie d'une personne disparue durant son absence. 

 

L'immersion au sein de cette famille brisée et torturée est totale et le mystère de la disparition de Sarah nous tient en haleine jusqu'à la toute dernière page ! Une chose est donc sûre, L'Autre Sœur mérite bien son appellation de "pageturner" et notre coup de cœur, il est absolument impossible de le lâcher ! Dès 14 ans. 

 

L'Autre Sœur de Cylin Busby

Milan, 2018

14.90€

Partager cet article

Repost0
2 février 2018 5 02 /02 /février /2018 12:30

Le "roman ado" est un habitué de l'écriture à quatre mains (ou plus). Parmi les plus connus nous retrouvons A comme Association qui avait pour projet de réunir Erik L'Homme et Pierre Bottero ou, plus récemment, Yves Grevet, Carole Trébor, Vincent Villeminot et Florence Hinckel avec la saga U4.

Cette année marque le lancement d'une nouvelle collaboration, celle de Quand Vient la Vague par Manon Fargetton (Les Plieurs de Temps, Le Suivant sur la Liste) et Jean-Chrisophe Tixier (La Traversée, Demain il sera trop tard).

 

 

Tout allait bien dans la vie de Nina. Tout était absolument parfait jusqu'au jour où elle a découvert cet horrible secret. Une découverte bien trop importante pour qu'elle puisse faire comme si elle n'avait jamais eu lieu. Une découverte qui la pousse à tout abandonner, même son frère, et à partir. 

Clément, lui, n'a pas conscience de ce qui a causé le départ de sa sœur. Ce n'est qu'un an après sa disparition qu'il essaie de comprendre. Sur les traces de Nina, il découvre ce qui l'a poussée à partir et choisit de tout faire pour la retrouver avant qu'il ne soit trop tard, avant qu'elle n'ait dix-huit ans, que les investigations pour la retrouver soient abandonnées et que sa sœur soit perdue, définitivement.

 

 

"Alors que je remonte l'allée qui monte au portail, j'ai l'impression de traverser un décor en carton-pâte.Tout, autour de moi, est parfaitement à sa place. Les pins. La balançoire sur laquelle on jouait, mon frère et moi, il y a encore quatre ou cinq ans. Le tas de bûches sous l'appentis. Rien n'a bougé, pourtant, ça sonne faux désormais.

Sans me retourner, je quitte le jardin pour la rue déserte" Nina

 

 

"Il croit comprendre Nina, soudain. Son départ n'a pas été une fuite mais un refus. L'acte courageux de couper tous les ponts avec une existence mensongère. S'il savait où elle se cachait, il la rejoindrait dès ce soir. Seulement, elle ne lui a laissé aucune chance de partager son choix, comme s'il était coupable lui aussi.

De quoi ?" Clément

 

 

Ce roman est un véritable coup de cœur, Manon Fargetton et Jean-Christophe Tixier signent une magnifique ode à l'adolescence et à ses sentiments, parfois très forts, qui vous envahissent et vous submergent. 

Quand vient la vague aborde une multitude de sujets, tous importants à leur échelle. Qu'il s'agisse de problèmes familiaux, d'histoires d'amitiés, d'amourettes, de compétitions sportives ou bien d'art tous sont abordés avec une justesse et une tendresse sans limites. Et, si cette bienveillance est très souvent présente dans l'oeuvre de Manon Fargetton, elle donne très envie de découvrir celle de Jean-Christophe Tixier. 

 

Comme nous, laissez-vous submerger par la vague et appréciez cette lecture, dès 13 ans. 

 

 

Quand vient la vague de Manon Fargetton & Jean-Christophe Tixier

Rageot, 2018

15.90€

 

 

 

Partager cet article

Repost0
1 décembre 2017 5 01 /12 /décembre /2017 12:30

40 Éléphants, c'est une collaboration extrêmement prometteuse entre Kid Toussaint et Virginie Augustin. De cette collaboration résulte une excellente bande-dessinée nous entraînant dans un univers fort, empreint de réalisme et de sentiments.

 

 

Au sortir de la Première Guerre Mondiale, le visage des rues londoniennes a bien changé. En effet, aux côtés du gang masculin des 40 Voleurs sévit maintenant celui des 40 Éléphants. Ce dernier est uniquement composé de femmes... Au milieu de nombreuses poinçonneuses, voleuses et autres criminelles, nous faisons la rencontre de Florrie. Repérée pour ses talents de pick-pocket hors-pair, elle intègre très rapidement le groupe de femmes qui la surnomme les Doigts de Fée. À cette étrange association s'ajoute une sombre affaire de trafic d'enfants...

Entre complots, guerre des gangs et histoires personnelles, Florrie est-elle vraiment qui elle prétend être ? 

 

 

Cette exploration du Londres des bas-fonds est une véritable réussite. Mélange de fiction et de réalité historique, il est très agréable de se plonger dans cette période de notre histoire trop peu connue et exploitée. 

Le texte de Kid Toussaint, très fidèle à la langue de l'époque, est tout à fait accessible même aux plus jeunes ; son côté classique étant compensé par le dynamisme de la mise en image de Virginie Augustin.

La découverte de ce récit policier est un véritable plaisir. En effet, il sait exactement à quel moment, et surtout comment, capter l'attention de son lecteur. La magie opère donc immédiatement, que ce soit par le biais du texte, ou de l'image ! 40 Éléphants est donc bel et bien une nouvelle saga à suivre, dès 14 ans !

 

40 Éléphants T1 : Florrie, les Doigts de Fée de Kid Toussaint & Virginie Augustin

BAMBOO, 2017

14.90€

 

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2017 5 17 /11 /novembre /2017 12:30

 

Il est toujours bien agréable de découvrir un nouvel auteur ! Pour la rentrée littéraire ado, l'École des loisirs a choisi de publier un thriller d'un auteur argentin : Martin Blasco. Une belle découverte et un gros coup de cœur dont j'ai décidé de vous parler aujourd'hui. Je vous laisse découvrir l'intrigue.

 

 

Fin du XIXème siècle, à Buenos Aires, cinq bébés sont enlevés à leurs familles. Le ou les coupables ne sont jamais retrouvés, tout comme les victimes, tout du moins pendant les 25 premières années.

En 1910, Amira sonne à la porte de chez ses parents. Elle ne se souvient plus de rien, juste de son prénom. Les parents, totalement bouleversés par ces retrouvailles, décident de faire appel à un jeune journaliste, Alejandro, pour rouvrir l'enquête. Ce dernier, bien décidé à lever le mystère pesant sur ces disparitions, fait appel à un hypnotiseur pour tenter de faire parler Amira, muette depuis son retour. Mais le mystère s'épaissit quand des meurtres sont commis en pleine nuit, par un homme qui se comporterait comme un animal, selon les témoignages.

Parallèlement à l'enquête, suivez le journal du Professeur Andrew, menant des expériences pour le moins surprenantes et sombres sur cinq enfants... 

 

 

"La maison n'est pas mal. À quelque distance du centre, dans une zone peu habitée. Je n'irais pas jusqu'à dire qu'elle est idéale, mais presque. Nous sommes entrain de terminer les aménagements. Je dois participer aux travaux pour donner l'exemple. Mon personnel est trop réduit : Joseph, Marie, Félix et Brian. Cinq personnes avec moi pour une tâche d'une telle ampleur. [...] Nous sommes bien peu ! [...] Je veux que tout soit prêt dans moins de deux semaines. Le plus important maintenant, c'est de me procurer les enfants."

 

 

Surprenant, frissonnant et addictif. Ceux sont les trois adjectifs qui définissent le mieux ce roman. Au cœur de Buenos Aires, Alejandro et le Professeur Andrew se jouent des codes du roman policier et du thriller pour vous faire découvrir une histoire macabre et fascinante. On espère une seule chose en le lisant : que cela reste de la fiction ! Très réussi grâce à une intrigue et une écriture vives, ce roman séduira les adolescents à partir de 14 ans. 

 

 

La noirceur des couleurs de Martin Blasco

L'École des loisirs, 2017

15.50€

 

 

Partager cet article

Repost0
19 mai 2017 5 19 /05 /mai /2017 12:30

Depuis qu’il existe, Sherlock Holmes obsède les pensées des créateurs et auteurs de toutes sortes. Si le cinéma et la télévision ont dernièrement eu Robert Downey Jr. et Benedict Cumberbatch pour incarner le célèbre détective, le livre n’est pas en reste. Il a Anthony Horowitz !

 


Au 100 de la mort du détective, le docteur John Watson nous laisse enfin accéder à ses notes sur une des plus importantes et néanmoins inconnues aventures de Sherlock Holmes.
 Cette aventure commence lorsque Lord Edmond Carstairs passe la porte du 221B Baker Street. Inquiet pour sa sécurité, il pense être poursuivi par un criminel dont il a causé la perte quelques années plus tôt en Amérique et, par conséquent, s’en va quérir l’aide de Sherlock Holmes. Celui-ci semble ne rien trouver sur cette affaire jusqu’à ce qu’un étrange cambriolage se produise et attise la curiosité et la détermination du détective.  Lui et Watson mènent alors l’enquête à leur rythme quand survient un drame des plus sordides, un drame qui semble en tous points lier à l’affaire Edmond Carstairs… la découverte d’un corps dans la Tamise.

 

 

« Les évènements que je vais décrire étaient trop monstrueux, trop choquants pour être imprimés. Ils le sont toujours aujourd’hui. Je n’exagère rien en affirmant qu’ils pourraient mettre à mal le tissu tout entier de notre société, ce que (…) je ne peux risquer. Une fois ma tâche accomplie, à supposer que j’aurai la force de la mener à bien, j’empaquetterai le manuscrit et l’enverrai dans les coffres de Cox and Co., à Charring Cross, où certains autres de mes papiers personnels sont conservés. Je donnerai cette instruction : de cent ans, le paquet ne devra pas être ouvert. Il est impossible d’imaginer à quoi le monde ressemblera alors, mais peut-être que mes futurs lecteurs seront mieux immunisés contre le scandale et la corruption que ne l’auraient été mes contemporains. Je leur transmets un dernier portrait de Mr. Sherlock Holmes vu sous un angle totalement inédit ».

 

 

Dans ce roman, Anthony Horowitz accompli à merveille la tâche qui lui a été confiée par les descendants  de Sir Arthur Conan Doyle : redonner vie au plus célèbre des enquêteurs pour une ultime aventure.
La Maison de Soie réunie tous les éléments d’un véritable Sherlock Holmes ; des déductions impressionnantes, d’incroyables péripéties à travers les rues de Londres, les célèbres folies du détective ainsi que des personnages incontournables comme Mrs Hudson, le lieutenant Lestrade ou encore James Moriarty.

Soyez assuré que ce livre vous tiendra en haleine du début à la fin et que vous n’en sortirez pas indemne ! Dès 16 ans.
 

 

La maison de soie de Antony Horowitz

Édition Le livre de poche jeunesse, 2013

7.90€

Partager cet article

Repost0

L'emile

  • : Le blog de la Librairie L'Emile
  • Le blog de la Librairie L'Emile
  • : Toute l'actualité de l'Emile, la librairie de la jeunesse et des écoles, à Paris ! Actualité en littérature jeunesse Nouvelles collections en papeterie 01.45.75.16.15
  • Contact

Actualités

La librairie ouvre :

- de 8h à 19h du lundi au vendredi

- de 10h à 19h le samedi

Droit d'auteur

Les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des maisons d'édition et toute reproduction ou utilisation non autorisée est passible de poursuites pénales.