Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 11:00

L'idée de cet article me trottait dans la tête depuis un certain temps maintenant. Plus exactement depuis le 6 février dernier, lorsque nous avons reçu la réédition des deux premiers tomes de Skully Fourbery de David Landy chez Gallimard Jeunesse. Je me suis alors retrouvée submergée par une vague de bons souvenirs et me suis empressée de les partager avec mes collègues et certains d'entre vous. En même temps c'est normal, cette série était rudement chouette !

Alors que nous avons du temps à ne plus trop savoir qu'en faire depuis plusieurs jours, je me suis dit que c'était le moment ou jamais pour revenir avec vous sur certaines de mes lectures d'enfance. Des lectures qui m'ont particulièrement marquée et que je prend beaucoup de plaisir à vous conseiller au quotidien.

Ces lectures je les ai chéries, j'entretiens leur souvenir. Et puis il y en certaines que j'avais oubliées et que j'ai retrouvées avec le plus grand plaisir, telles une madeleine de Proust.

Voici donc une petite sélection de mes meilleurs souvenirs de lecture. Des titres pour lesquels j'ai une affection toute particulière. Des titres avec lesquels je partage une histoire que je suis heureuse d'échanger avec vous aujourd'hui.

 

 

Tremolo de Tomi Ungerer. École des Loisirs, 1998 - 5€

 

 

Comme beaucoup d'enfants j'ai été abonnée à l'École des Max. Vous savez, cet abonnement proposé par l'École des Loisirs permettant un accès à la culture et au livre simplifié pour les familles et les enfants ?

 

 

Mon premier coup de cœur de jeunesse vient de là et il s'agit du magnifique (et effrayant) Tremolo. Je reconnais avoir hésité avec Le Roi est occupé (Mario Ramos) et Le Doudou méchant (Claude Ponti), mais malgré mon affection pour eux, ils n'ont pas été aussi importants que l'album de Tomi Ungerer.

Le jeune Tremolo, bien que sans le sou, est un musicien de talent. Malheureusement pour lui, sa voisine, une vilaine voyante, préférerait rester au calme. Au lieu de ça, elle se sent envahie par ce bruit incessant que produit Tremolo avec ses instruments. Elle décide donc de le chasser et de le maudire afin qu'à son tour il se retrouve envahi. Dès lors que le sort est jeté, chacune des notes jouées par Tremolo devient physiquement réelle, noyant bien vite le musicien dans un océan de croches, de noires et de soupirs.

Tremolo se croit perdu et condamné à fuir sa propre musique jusqu'au jour où il croque l'une de ses notes et découvre qu'en plus d'être comestibles, elles sont délicieuses.

Le musicien perçoit là une occasion unique. Il peut tourner la malédiction à son avantage en partageant sa musique et en vivant grâce à elle. Commence alors une aventure pour le moins rocambolesque et à la fin inattendue.

 

 

Je devais avoir six ou sept ans lorsque j'ai reçu cet album. Et il m'a marqué de bien des façons. La première étant l'horrible ventre/troisième œil de la voyante. Je l'avais trouvé terrorisant (c'est toujours le cas) et il m'avait valu plusieurs nuits de cauchemars.

Je pense également que l'amour qu'a le personnage de Tremolo pour sa musique a participé au fait que j'en suis moi-même devenue une grande amoureuse. Dans cet album, la musique est le refuge du personnage, une amie qui, peu importe la situation, ne l'abandonne jamais vraiment. Un message qui m'a particulièrement touché. Quelques années plus tard je commençais à apprendre le cor d'harmonie (regardez à nouveau la couverture, vous comprendrez)...

 

 

Le Passeur de Lois Lowry. École des Loisirs, 1993 - 9,80€

 

 

Le roman dont je vais vous parler maintenant, c'est ma madeleine de Proust. Reçu à un Noël, la couverture de ce livre m'avait totalement rebutée, je l'ai quand même lu et j'ai bien fait (c'est quelque chose qui arrive souvent, regardez ici). Je devais avoir onze ou douze ans et j'ai incontestablement passé un de mes meilleurs moment de lecture. Avec les personnages de Lois Lowry j'ai appris le sens de l'amitié et l'importance de la révolte ; l'importance d'être soi et d'exprimer ses opinions.

Et puis j'ai lu d'autres choses, j'ai grandi, mes goûts ont changé et j'ai oublié. Jusqu'au jour où l'adaptation cinématographique a été annoncée. Je me souviens avoir pleuré lorsque j'ai vu la bande-annonce et que mes souvenirs sont revenus ; je redécouvrais quelque chose que j'aimais profondément, relisais le livre, voyais le film (plusieurs fois...) et découvrais qu'une suite aux aventures de Jonas m'attendais. C'était absolument génial.

 

 

Dans le monde où vit Jonas tout est formaté. Les couleurs n'existent plus. La notion de famille n'existe plus. Les sentiments n'existent plus.  La volonté propre n'existe plus. Ainsi plus personne n'est différent, tous les êtres sont égaux.

L'année de leurs douze ans, les enfants de ce monde sont appelés et écopent chacun d'une tâche, d'un rôle bien particulier qu'ils tiendront toutes leurs vies dans la société. Ce jour là, Jonas est choisi pour devenir le nouveau Passeur. Il va devoir apprendre afin de devenir le seul et dernier réceptacle des souvenirs et de la Mémoire de l'Humanité telle qu'elle était autrefois. Il sera amené un jour à devenir un conseiller capable d'aider et de guider son peuple sur la meilleure voie possible ; tout en gardant ses secrets bien entendu.

Lors de sa formation, Jonas va découvrir ce qu'est vraiment la vie. Ainsi, il va découvrir l'amour et le bonheur, la guerre et la souffrance mais aussi la culture. Cette ouverture, cette plongée dans le passé, va profondément changer notre héros qui va alors remettre en cause tout l'univers dans lequel il vit et qui l'a façonné.

 

 

Grand roman de formation, le Passeur est aussi le premier tome d'une des premières et plus grandes sagas dystopiques pour adolescents. Aujourd'hui devenu incontournable, l'univers compte un grand nombre de fans à travers le monde entier (oui, j'en suis).  Également reconnu comme un des meilleurs romans de science-fiction pour la jeunesse, il est souvent prescrit par les écoles et encore plus souvent conseillé par de nombreux libraires ; l'équipe de l'Émile en premier d'ailleurs !

 

 

L'Apprenti Assassin (L'Assassin royal, 1) de Robin Hobb. Éditions J'ai Lu, 1992 - 8,50€

 

[Bon. Après présentation de celui-ci vous devriez avoir compris à quel point la couverture est importante dans le choix d'un livre...]

 

C'était l'été entre le collège et le lycée, alors adolescente, je me fournissais en livres dans la même bibliothèque depuis déjà plusieurs années. Choisissant mes lectures par rayon puis à la couverture, j'étais dans ma grande période fan de fantasy et d'imaginaire. Tout y était passé : Eragon, Harry Potter, Ewilan, Ellana, Tara Duncan (oui oui) ou encore Peggy Sue. Le rayon de la bibliothèque en question n'étant pas bien grand, il ne me restait plus qu'une solution pour être sûre de ne pas passer le mois d'août le plus ennuyeux de toute ma vie : emprunter les six premiers tomes de cette série aux couvertures horribles que j'évitais déjà depuis plusieurs mois. J'ai nommé la génialissime saga de Robin Hobb : L'Assassin royal.

C'est cet été là que mon amour pour les histoires s'est confirmé et que mon envie, ma vocation de libraire a pointé le bout de son nez.

Notre histoire commence aux pieds d'un château, lors d'une nuit de tempête, quand un vieil homme abandonne son petit fils au soin de son père, futur souverain du royaume. Ce petit garçon, c'est FitzChevalerie, fils illégitime du prince héritier et d'une simple paysanne.

 

 

L'Assassin royal retrace l'histoire de Fitz à partir du moment où le roi, son grand-père, s'assure de faire de lui son allié plutôt que son ennemi. Il devient alors son espion et assassin personnel. A travers chacun des tomes de cette gigantesque saga, le lecteur voit le héros grandir et tenter de se trouver une place au sein d'une cour et d'un monde qui ne veut pas de lui.

Car être un bâtard n'est pas le seul soucis de Fitz, il est également doué de magies. Il maîtrise le Vif, magie considérée comme impure, sauvage et primitive, qui lui permet de communiquer et de créer un lien mental avec les animaux. Mais il possède également l'Art, une forme de magie bien plus noble dont seul les membres de la famille royale sont doués. A l'opposé du Vif, l'Art permet d'établir un lien télépathique entre plusieurs esprits humains.

Perdu entre ses deux dons et entre ceux qui lui veulent du mal et d'autres qui ne lui veulent que du bien, Fitz sera témoin et acteur de nombreux événements qui bouleverseront son histoire et l'histoire de son royaume.

 

 

Avec cette saga en treize tomes, Robin Hobb, génie de la fantasy moderne, pose les bases d'un univers étendu absolument incroyable et fascinant dans lequel on prend plaisir à plonger pour ne plus en ressortir.

 

La preuve en image :

 

 

 

Voilà, je pense avoir réussi à vous rendre compte de mon enthousiasme et de mon amour à propos de ces quelques titres (je me suis retenue, j'avais envie d'en mettre plein d'autres...)

En ces temps de confinement, il me semblait important que nous gardions le contact. Et comme je n'ai plus trop accès aux étagères de la librairie et aux nouveautés, c'était le moment ou jamais de vous parler de ces petits trésors personnels !

N'hésitez pas à nous partager les vôtres, que ce soit en commentaires, par mail, sur nos réseaux ou même à la librairie directement ; on adore ça ! :)

 

 

 

Sur ce, je vous laisse, je retourne me plonger dans Skully Fourbery (dix ans plus tard, c'est toujours aussi bien) !

 

Partager cet article

Repost0
31 janvier 2020 5 31 /01 /janvier /2020 17:02

De mémoire d'enfant, le passage entre l'école primaire et le collège n'a jamais été facile à gérer. De mémoire d'adolescente, l'entrée dans la puberté n'est pas facile non plus. Dans Une Photo de Vacances, Jo Witek aborde ces transitions avec le talent et la sensibilité que nous lui connaissons. Un duo gagnant. 

 

 

 

 

C'est l'été et comme tous les ans les parents d'Eugénie les emmènent, elle et ses sœurs, en vacances dans un nouveau coin de France.

Mais tout est différent, Adèle sa grande sœur sera accompagnée d'une amie et les journées d'Eugénie s'annoncent comme longues et pleine d'ennui.

Entre son côté enfant et son côté ado, Eugénie hésite beaucoup. Elle a envie de "choses" de grande et en même temps ne veut pas grandir. Elle n'a pas envie de devenir une écervelée comme sa sœur et tous ces idiots du collège. 

Mais, le soir du 14 juillet deux rencontres vont tout changer...

 

 

 

 

 

 

"Je crois que ma mère sait que les filles font le mur pendant la sieste, parce qu'une fois je l'ai vu se relever après leur départ, mais je suppose qu'elle est d'accord et qu'elle préfère les laisser faire sans leur en parler pour ne pas les gêner. Il faut croire que la liberté se vole et qu'à force de la dérober, les parents finissent par nous l'accorder. Petit à petit. C'est une affaire d'âge."

 

 

Jo Witek signe un roman d'une EXTRAORDINAIRE justesse avec une plume plus fine que jamais. Son héroïne est la petite fille que nous avons toutes été, perdue entre ses attentes et ses peurs. 

Une Photo de Vacances est un roman tendre qui parle à la fois de famille, d'amitié et d'amour. Entre rires et larmes, le lecteur s'abreuve de cette expérience unique que représente le fait de grandir. 

 

Compagnon idéal des plus jeunes, ce livre réveillera l'âme d'enfant des plus grands. Une Photo de Vacances est le roman idéal pour rire, pour grandir et pour retrouver le soleil de l'été. Dès 9 ans. 

 

Une Photo de Vacances de Jo Witek

Actes Sud Junior, 2020

14 euros

 

Partager cet article

Repost0
19 février 2019 2 19 /02 /février /2019 12:30

Les enfants sont les plus grands lecteurs et surtout les plus courageux de tous les aventuriers ! La preuve en est, ils sont les héros de nombreuses histoires ! Et dernièrement, nous avons particulièrement aimé l'un d'entre eux : il s'agit de Charlie Fisher Jr ! 

 

Charlie, 13 ans, est le fils d'un diplomate américain et d'une dame au très faible instinct maternel. C'est pour cela que depuis son plus jeune âge, il suit son père dans chaque pays qu'il visite : Angleterre, Inde, Japon ou encore Allemagne. Leur dernière destination en date ? Marseille !

Comme Charlie est un jeune garçon plutôt timide, il a du mal à se faire des amis et n'a donc personne avec qui s'amuser pendant son temps libre (et comme notre histoire se déroule dans les années 60 il n'a pas non plus de console de jeux ou de smartphone). Pour s'occuper, il s'installe donc dans un parc ou encore sur une place pour observer les passants et imaginer les moindres détails de leurs vies. 

 

Un jour, alors qu'il observe la plus grande place du marché de Marseille, un jeune hommes s'installe à côté de lui et porte son attention sur quelque chose d'absolument extraordinaire. Ensemble ils voient œuvrer une bande de pickpockets. Tellement absorbé par ce manège, Charlie ne se rend même pas compte que lui aussi est en train de se faire arnaquer ! En effet, son interlocuteur lui a sournoisement dérobé son stylo...

Charlie se lance alors à la poursuite de son voleur. Il parvient à le rattraper, puis le force à accepter son offre : si il apprend à Charlie comment voler, ce dernier ne le dénoncera pas à la police...

 

Et c'est à cet instant que survint l'événement qui donnerait un virage à quatre-vingt-dix degrés à la vie rectiligne de Charlie Fisher. 

L'homme fut dépouillé.

Plus exactement : des pickpockets le volèrent. 

Pas un vol éclair dans un moment de distraction, non : tout avait été très bien orchestré, digne d'une chorégraphie soigneusement préparée. Charlie vit à peine l'action, comme lorsqu'on aperçoit du coin de l’œil un oiseau-mouche s'approcher brièvement, avant qu'il ne s'envole. Le garçon placé devant s'arrêta soudain afin que l'homme stoppe sa marche à quelques centimètres seulement de son dos. Un troisième enfant sorti de nulle part - un garçon de l'âge de Charlie apparut alors dans la foule et, d'un geste tranquille, donna un léger coup à l'arrière du chapeau de l'homme, de telle sorte que le couvre-chef descendit légèrement sur son front. L'individu, pensant avoir été simplement bousculé, sortit la main de la poche de son pantalon et releva le bord de son chapeau. La fille, parfaitement positionnée derrière lui, profita de cette seconde pour glisser doucement la main sur le côté du pantalon de l'homme - un geste léger, comme quand on balaye une miette sur sa manche-, puis elle se mit brusquement à courir. Un quatrième enfant - un autre garçon - se détacha de la foule et se plaça à côté de la fille. Un objet marron fut transféré de l'une à l'autre : un portefeuille. 

 

 

 

 

Charlie Fisher et le gang des Whiz est une gigantesque histoire d'amitié mais aussi une aventure hors norme. En effet, à travers les règles du gang des Whiz, Colin Meloy met en avant les règles de fidélité et de confiance qui permettent la création d'une relation amicale. La confiance est vraiment un élément central de ce roman. En effet, le personnage de Charlie jour sur les deux tableaux ; d'un côté il est le fils exemplaire d'un diplomate et de l'autre un voyou de bas-étage, chaque camp espérant l'exclusivité de la fidélité du héros.

 

Et c'est évidemment quand les deux univers se rencontrent que les événements deviennent vraiment intéressants car alors Charlie se retrouve face à ses responsabilités. Le roman met donc son héros enfant en position d'adulte responsable de ses actes et c'est un vrai régal.

 

Colin Meloy signe un superbe roman initiatique qui met en avant l'importance de la confiance et de la responsabilité qu'on accorde à un enfant et qui lui incombe en retour. 

 

Le + : un humour délectable et les splendides illustrations de Carson Ellis !

 

Charlie Fisher et le gang des Whiz de Carson Ellis

Pocket Jeunesse, 2019

17.90€

Partager cet article

Repost0
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 12:30

Aujourd'hui, pas de romans ni d'albums, seulement un atlas : celui des Monstres et des Fantômes du Monde. Cette nouveauté des éditions Piccolia a fortement attiré notre attention et on peut dire que nous l'adorons. 

 

Pour ce nouveau mois d'octobre et ce nouveau Halloween, Piccolia a décidé d'inspirer les enfants en leur faisant découvrir les monstres et légendes du monde entier. 

Ce (TRÈS) grand atlas est divisé en différentes parties, chacune correspondant à un continent ou une catégorie de créatures. Chaque double-page présente ainsi une dizaine de créatures. Toutes sont représentées par les magnifiques illustrations de Laura Brenlla et accompagné d'une mini biographie résumant l'origine du monstre en question et son histoire. 

 

 

Que vous soyez simple curieux ou véritable fan de monstres, ce très beau documentaire saura vous satisfaire. N'attendez donc plus et découvrez votre légende préférée ! Dès 8 ans. 

 

Atlas des Monstres et des Fantômes du Monde, Federica Magrin et Laura Brenlla

Éditions Piccolia, 2018

18.50€

Partager cet article

Repost0
10 août 2018 5 10 /08 /août /2018 12:30

En mars de cette année, les éditions Acte Sud Junior avaient réussi à retenir notre attention grâce à une de leurs nouveautés : La Maison Abandonnée... Si ce roman a été un coup de cœur, nous n'avions malheureusement pas encore eu le temps de vous en parler. C'est le moment ou jamais de rattraper notre retard...

 

Jacob, Ichiro, Hayden et Hannah sont amis depuis leur première rencontre. Malheureusement pour eux, cet été va tout changer. En effet, Ichigo doit partir s'installer au Japon avec toute sa famille à la rentrée prochaine. Adieu la région des grands lacs, adieu les vallées, les montagnes, adieu les amis et bonjour l'inconnu... De ce déménagement, un seul point positif  : le nouveau canot offert à Ichigo par ses parents afin de lui faire oublier la douleur de la séparation. 

Alors que le groupe de copains explore les lacs alentours, ils font la découverte d'une nouvelle île, déserte à l'exception d'une villa : La Fin de l'Été. Intrigués par ce mystérieux endroit, les quatre amis décident d'y camper, c'est là que tout commence...

Grincements étranges, ombres floues, portes qui claquent et visions paranormales ne cessent d'hanter nos jeunes héros, tout comme leur vieux copain Colton, disparu il y a plusieurs années. Il n'en faut pas plus pour que de vieux souvenirs refassent surface et qu'ils décident de mener l'enquête. 

 

 

L'île avait beau être silencieuse et isolée, il y avait une tonne d'énergie dans l'air. C'était difficile de se concentrer, difficile de réfléchir. Jacob sentit un mal de tête sur le point de se déclarer  de petites vrilles creusaient l'extrémité de son cerveau. Il ferma les yeux et se frotta le front .

- Hé ! Regarde !

FIN

Jacob saisit une branche et la plia de façon à pouvoir lire le reste de l'écriteau . La branche se cassa aussitôt et il la laissa tomber sur le sol. L'écorce paraissait saine, mais le centre était noir et en décomposition. On aurait dit un os cassé avec de la moelle pourrie au milieu. L'arbre se mourait lentement de l'intérieur. Jacob savait que la pourriture du cœur était une maladie causée par un champignon. Mais il croyait que cela n'affectait que les vieux arbres, pas les arbres si petits, si jeunes.

Il put enfin lire le reste de l'écriteau :

FIN DE L'ÉTÉ

 

 

Mélange de roman d'enquête et de roman d'horreur, La Maison Abandonnée de Joel A. Sutherland a su répondre à toutes nos attentes. On dévore cette aventure avec autant de passions et de frissons que ses personnages attachants et réalistes à qui le lecteur s'identifie facilement.

En cette période de grosses chaleurs, La Maison Abandonnée est donc LE roman idéal : il saura vous faire frissonner... Dès 10/11 ans, âmes sensibles s'abstenir.

 

La Maison Abandonnée de Joel A. Sutherland

Actes Sud Junior, 2018

15.80€

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2018 2 03 /07 /juillet /2018 12:45

 

 

Chaque jour Dracula, une bande dessinée qui contribue à la prévention du harcèlement scolaire, que chaque parent devrait lire et qui devrait se trouver dans chaque CDI.

Écrite par Loïc Clément à qui on doit Professeur Goupil (Little Urban) et illustrée par Clément Lefèvre dont on connait déjà l'univers fantastique de l'épouvantable peur d'Epiphanie Frayeur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous avons tous été enfants, et Dracula aussi, avant d'être le vampire célèbre qu'il est aujourd'hui. Nous sommes donc tous allés à l'école, et malheureusement ça ne s'est pas toujours bien passé . Dans cette bande dessinée, qui peut aussi être lue comme un album, nous suivons le quotidien du petit Drac et le cauchemar qu'il vit à l'école, à cause d'un groupe d'enfant l'ayant prit pour cible. Victime de violences physiques et morales (ses dents pointues, son allergie au soleil, sa façon de s'exprimer), Dracula n'en parle à personne et garde tout pour lui, jusqu'au jour de la brimade de trop.

 

 

 

À travers ce personnage aux multiples capacités extraordinaires et à la renommée internationale, les enfants peuvent relativiser les faits, et comprendre qu'il n'y a pas de honte à parler de ce que l'on vit, que cela peut arriver à tout le monde, et que les violences et les insultes ne nous caractérisent pas. Parmi les personnages, on retrouve aussi le père de Dracula, dont la réaction est extrêmement bien imagée, et exprime parfaitement la tempête intérieur qui secoue les proches à l'annonce du harcèlement que subit leur enfant. 

 

 

"La rébellion de Dracula fut pourtant de courte durée...

 

Que l’éternelle victime ose un tant soit peu se rebeller provoqua la fureur de Christophe ! 

 

On ne sait pas très bien ce que Christophe et sa bande firent à Dracula en représailles mais...

 

Cette fois-là, la violence atteignit un palier supplémentaire,

 

Celui de trop.

 

Celui qui marque.

 

Et laisse des séquelles."

 

 

 

Chaque jour, Dracula de Loïc Clément et Clément Lefèvre

Delcourt Jeunesse, 2018

10.95 €

 

 

Partager cet article

Repost0
25 mai 2018 5 25 /05 /mai /2018 12:30

Vous le savez, nous avons ADORÉ les Plieurs de Temps de Manon Fargetton (voir l'article précédent ici), alors comme la suite est sortie, nous sommes obligées de vous en parler à nouveau ! 

 

 

Robin, Anthony, Camille et Charly ont signé un pacte pour protéger leur secret : ils sont des Plieurs de Temps. Si les deux premiers amis maîtrisent déjà bien leurs pouvoirs ce n'est pas le cas des nouveaux qui eux découvrent à peine ce que les horloges magiques peuvent leur apporter... 

Face à un tel pouvoir, Camille s'imagine immédiatement retourner dans le passé afin de revoir sa maman disparue. Malheureusement, les horloges sont plus intelligentes qu'elle ne le pense et elles lui accordent le pouvoir de voir dans le futur...

Charly, lui, est plus qu'heureux à l'idée de partager un pouvoir avec son meilleur ami. Sauf que comme d'habitude, il ne peut pas s'empêcher de faire des bêtises et se découvre la possibilité de voyager à travers les souvenirs et l'avenir...

 

Toute la journée je m'oblige à regarder droit devant moi. À ne rien montrer de l'excitation qui m'anime et qui repousse ma fatigue. À ne pas aller vers les garçons, même pas pour convenir d'un rendez-vous, à ne pas trahir notre lien, à ne pas attirer les questions du reste de la classe (...)

Lorsque la journée se termine enfin, je retiens mes jambes qui brûlent de s'élancer vers le portail pour retrouver les garçons. Je marche, lentement, un pas après l'autre (...) Du coin de l’œil, j'aperçois Robin et Charly qui me suivent. Anthony est devant. Il se retourne à demi, désigne une rue adjacente. Nous nous y engouffrons et nous fondons dans l'ombre d'un porche.

- Ton horloge ou mon horloge ? lance aussitôt Robin à Anthony.

 

 

Dans la lignée de leurs prédécesseurs, les derniers (?) tomes de la saga sont absolument géniaux. Manon Fargetton continue d'explorer les sentiments et les ressentis des jeunes enfants avec justesse et talent. 

C'est avec grand plaisir que l'on retrouve ces héros dans des aventures d'un tout nouveau genre. En effet, si le quotidien des enfants est toujours exposé, les personnages se retrouvent également mêlés à des histoires de grands. Ainsi, ils mettent en avant le fait que les enfants, eux aussi, ont leur mot à dire ! 

 

Pour faire court : Les Plieurs de Temps, c'est toujours aussi bien, même mieux ! Dès 8/9 ans. 

 

 

Les Plieurs de temps de Manon Fargetton, quatre tomes, série complète

Robin à la dernière seconde

Anthony à cinq minutes près

Camille à l'heure de vérité

Charly pour toujours

Rageot, 2018

11,90€ chaque

 

Partager cet article

Repost0
18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 12:30

Les éditions Poulpe fiction, dont on adore déjà les romans tels que "Viser la lune" ou "Orphéa Fabula" reviennent cette fois ci avec un nouveau personnage masculin ! Il s'agit du premier roman jeunesse de Julien Hervieux qui est d'ordinaire spécialiste du roman historique ou du cinéma. On y retrouve des illustrations de Carine M, spécialiste des fantômes et autres créatures gothiques, que l'on connait de Spooky et les contes de travers (chez Glénat Jeunesse).

 

 

 

Orage est le fils du seigneur des ténèbres, il vit dans un château entretenu par des zombies, s'assure tous les soirs que le monstre est bel et bien sous son lit, et tous les jours, apprend à devenir un aussi bon représentant du mal que son père. 

Mais voila, Orage en a marre qu'on lui dise quoi faire. Les histoires racontées tous les soirs par sa maman l'ennuient profondément et  les remontrances de son papa, à propos de son rôle de méchant encore plus. Alors un jour il décide de prendre son destin en main afin d'en être débarrassé au plus vite ! Il dit au-revoir au monstre sous son lit, "emprunte" le dragon de son père et part capturer la princesse, puisque après tout, c'est ce qu'on ne cesse de lui répéter.

 

 

 

"- Votre altesse, je me présente : Orage, seigneur des ténèbres. Et ceci est un enlèvement en bonne et due forme! Suiv...

- Vous ? pouffa la princesse. un seigneur des ténèbres ? Alors ça !

Elle se mit à rire, ce qui ne manqua pas de vexer Orage, qui croisa les bras en faisant la grimace.

- Vous n'avez pas vraiment l'air d'une princesse non plus. Les princesses sont plus grandes, plus gentilles et plus polies.

- Si Monsieur le seigneur des ténèbres n'est pas content, il peut toujours aller en enlever une autre ! Espèce de rustre ! Oui, un rustre ! Finalement, je vois que vous êtes bien un seigneur des ténèbres ! Aussi malappris qu'on le raconte ! "

 

 

Un roman qui permet aux héros de contes de prendre leur revanche sur leurs histoires et de franchir les barrières du bien et du mal.

C'est très drôle et les personnages sont attachants ! Les chapitres courts et les illustrations crayonnées permettent aux enfants les plus récalcitrants à la lecture de s'y plonger sans soucis !

 

Orage petit seigneur des ténèbres de Julien Hervieux

Poulpe fictions, 2018

9.95 €

 

Partager cet article

Repost0
11 mai 2018 5 11 /05 /mai /2018 12:30

Avec l'actualité de la Coupe d'Europe, beaucoup d'éditeurs mettent en avant leurs livres qui traitent de football. C'est l'occasion rêvée pour (re)découvrir des titres publiés quelques mois ou quelques années plus tôt ! Aujourd'hui, j'ai décidé de mettre en lumière De Kopa à Pogba, un superbe ouvrage documentaire qui présente 60 ans d'histoires de football...

 

...et qui s'adresse à toute la famille ! Le livre s'ouvre en 1959, avec une photographie en noir et blanc d'un rassemblement de passionnés de foot .Tous suivent la finale de la Coupe d'Europe devant les vitrines d'un magasin de télévision. Il faut remettre les choses dans leur contexte, à cette époque la télé n'était pas dans tous les foyers ! Viennent après d'autres photos d'époque la présentation de joueurs de légende qui ont marqués les différents esprits : Kopa, Pelé, Platini, Maradona... avant de passer à des joueurs actuels. On reviendra ensuite sur l'histoire de clubs les plus célèbres et sur des événements inoubliables comme la victoire des Bleus en 1998. Le livre se termine sur des photos de personnes du monde entier jouant au foot. Une belle manière de célébrer ce sport !

 

 

On apprécie la documentation fouillée qui permet de se plonger dans les moindres détails des différents sujets abordés. Remettre en perspective 60 ans de football, riches en histoire, intéressera autant les passionnés qui découvrirons à coup sûr de nouvelles anecdotes, que ceux qui n'y connaissent rien et qui veulent en apprendre davantage. Un documentaire à mettre entre toutes les mains (petites ou grande) !

 

De Kopa à Pogba de Benoit Nacci

Saltimbanque, 2017

14.90 €

Partager cet article

Repost0
1 mai 2018 2 01 /05 /mai /2018 12:30

Avec l'arrivée du printemps et du soleil vient aussi le retour des activités de plein air avec les enfants ! Pour l'occasion, La Martinière Jeunesse propose de découvrir l'histoire du cerf-volant et à l'Émile, on adore ça ! 

 

 

Outre une présentation étymologique et historique de la fabrication de l'objet, ce très beau documentaire met également en avant les traditions qui entourent le cerf-volant ainsi que leurs significations à travers le monde ! 

 

 

Avec leurs magnifiques illustrations et un texte clair et abordable, Eva Bensard et Julie Guillem signent un documentaire de qualité à même de ravir les enfants, qu'ils soient curieux ou rêveurs ! Dès 8 ans.

 

Cerfs-volants de Eva Bensard et Julie Guillem

La Martinière Jeunesse, 2018

16,90€

Partager cet article

Repost0

L'emile

  • : Le blog de la Librairie L'Emile
  • Le blog de la Librairie L'Emile
  • : Toute l'actualité de l'Emile, la librairie de la jeunesse et des écoles, à Paris ! Actualité en littérature jeunesse Nouvelles collections en papeterie 01.45.75.16.15
  • Contact

Actualités

La librairie ouvre :

- de 8h à 19h du lundi au vendredi

- de 10h à 19h le samedi

Droit d'auteur

Les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des maisons d'édition et toute reproduction ou utilisation non autorisée est passible de poursuites pénales.